Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

La poésie est l'art

17 Octobre 2021, 01:22am

Publié par vertuchou

La poésie est l'art de faire entrer la mer dans un verre.

Italo Calvino

Voir les commentaires

Complainte d'un lézard amoureux

16 Octobre 2021, 01:06am

Publié par vertuchou

N' égraine pas le tournesol,

Tes cyprès auraient de la peine,

Chardonneret reprend ton vol

Et revient  à ton nid de laine.

 

Tu n'es pas un caillou du ciel

Pour que le vent te tienne quitte

Oiseau rural, l'arc-en -ciel

 S'unifie dans la marguerite.

 

L'homme fusille, cache-toi;

Le tournesol est son complice.

Seules les herbes sont pour toi,

Les herbes des champs qui se plissent.

 

Le serpent ne te connais pas ,

Et la sauterelle est bougonne;

La taupe, elle, n'y voit pas;

Le papillon ne hait personne.

 

Il est midi, chardonneret.

 

Le séneçon est là qui brille.

Attarde-toi, va, sans danger:

L'homme est rentré dans sa famille!

 

L'écho de ce pays est sûr.

J'observe, je suis bon prophète;

Je vois tout de mon petit mur,

Même tituber la chouette.

 

Qui, mieux qu'un lézard amoureux,

Peut dire les secrets terrestres?

Ô léger gentil roi des cieux

Que n'as-tu ton nid dans ma pierre!

                            Orgon, août 1947

                René Char

Voir les commentaires

Portrait of a Young Woman

15 Octobre 2021, 01:15am

Publié par vertuchou

Wayne Albee, Portrait of a Young Woman, 34.29 x 26.83 cm, 1935.  Tirage gélatino-argentique

Wayne Albee, Portrait of a Young Woman, 34.29 x 26.83 cm, 1935. Tirage gélatino-argentique

Voir les commentaires

Autre eventail de Mademoiselle Mallarmé

14 Octobre 2021, 01:47am

Publié par vertuchou

Ô rêveuse, pour que je plonge
Au pur délice sans chemin,
Sache, par un subtil mensonge,
Garder mon aile dans ta main.

Une fraîcheur de crépuscule
Te vient à chaque battement
Dont le coup prisonnier recule
L'horizon délicatement.

Vertige ! voici que frissonne
L'espace comme un grand baiser
Qui, fou de naître pour personne,
Ne peut jaillir ni s'apaiser.

Sens-tu le paradis farouche
Ainsi qu'un rire enseveli
Se couler du coin de ta bouche
Au fond de l'unanime pli !

Le sceptre des rivages roses
Stagnants sur les soirs d'or, ce l'est,
Ce blanc vol fermé que tu poses
Contre le feu d'un bracelet.

Stéphane Mallarmé

Voir les commentaires

La poésie est la vie

13 Octobre 2021, 01:43am

Publié par vertuchou

La poésie est la vie, que le rayon de la puissance imaginative traverse.

Simon Critchley

Voir les commentaires

Amour

12 Octobre 2021, 01:52am

Publié par vertuchou

Lors
Tes lèvres d’amour entrouvriront ma vulve
Et boiront mon désir
Comme on boit un vin fou
Ce désir
Qui courait au long de mon Échine
Et faisait se cambrer mes reins
A ton toucher si doux
Lors
Je ne saurai plus si c’est moi que tu aimes
Ou seulement
Ta joie
De me donner l’amour.

Simonne Michel Azais

Voir les commentaires

Ya Rayah

11 Octobre 2021, 01:01am

Publié par vertuchou

Voir les commentaires

A Poor Young Shepherd

10 Octobre 2021, 01:59am

Publié par vertuchou

J'ai peur d'un baiser
Comme d'une abeille.
Je souffre et je veille
Sans me reposer.
J'ai peur d'un baiser !

Pourtant j'aime Kate
Et ses yeux jolis.
Elle est délicate
Aux longs traits pâlis.
Oh! que j'aime Kate !

C'est Saint-Valentin !
Je dois et je n'ose
Lui dire au matin...
La terrible chose
Que Saint-Valentin !

Elle m'est promise,
Fort heureusement !
Mais quelle entreprise
Que d'être un amant
Près d'une promise !

J'ai peur d'un baiser
Comme d'une abeille.
Je souffre et je veille
Sans me reposer:
J'ai peur d'un baiser

Paul Verlaine

Voir les commentaires

Les femmes baisent pour un tas d'excellentes raisons

9 Octobre 2021, 01:43am

Publié par vertuchou

... Les femmes baisent pour un tas d'excellentes raisons qui n'ont rien avoir avec le plaisir physique. Comment un homme pourrait-il le savoir ? Comment Stéphane pourrait-il se douter que ma bonne raison à moi, là, tout de suite, est de faire se toucher les deux continents que nous représentons et qui, sans ces contions météorologiques passagères, cet ouragan, ne se rapprocheraient jamais l'un de l'autre ? C'est pour cette magie - pour le voir s'abandonner, redevenir aussi jeune, aussi malléable que moi, pour entendre sa voix grave prendre des aigus désespérés de petit garçon lorsque je l'enfourche, et regarder Stéphane ouvrir grand ses yeux, pétrifié semble-t-il par la puissance que je prends, assise sur lui.

Emma Becker, La Maison

Voir les commentaires

L'enfant sauvage

8 Octobre 2021, 02:17am

Publié par vertuchou


Au dernier rang de la classe un rebelle
Voit de l'automne une langue rougeâtre
Lécher la vitre. II coulera du sang
Dam la ruelle où roulent des oranges.

Un livre ouvert vole dans un bruit d'ailes.
Le doigt dans l'encre il dessine des monstres
Sur le bois sombre où les noms sont gravés
D'écoliers endormis dans le temps.

Une rature un instant le rassure
Car il y voit les cris verts d'herbes folles.
Il vagabonde en lui-même, il se livre
À des exploits d'empereur cosmonaute.

Il peint sa joue avec de l'encre mauve
Et des tribus indiennes le rejoignent.
Cet inventeur d'autres cosmogonies
Sera puni de chérir sa durée.

Quel est le mot qui déchire les lèvres,
Fait éclater les louanges percluses ?
Printemps, Printemps... répète le barbare,
Printemps, Printemps, comme on appelle un tigre.

Rien ne répond. Naguère un bonnet d'âne
Et le vainqueur était qui le portait,
Mâchant sa gomme et rêvant de vengeance
Au coin fleuri de toiles d'araignées.

Crisse la page au rythme des dictées.
Las d'ânonner de vieilles montgolfières,
L 'enfant s'envole au-dessus de la ville
Pour se brûler les ailes au soleil.

Voir les commentaires