Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Water, is taught by thirst / On apprend l'eau - par la soif

30 Septembre 2010, 05:55am

Publié par vertuchou

Water is taught by thirst

Land - by the ocean passed

Transport - by throe -

Peace -by it's battle told -

Love, by Memorial Mold

Birds, by the snow


 

Nicholas-Waton013



On apprend l'eau - par la soif

La terre - par les mers qu'on passe

L'exaltation - par l'angoisse -

La paix - en comptant ses batailles -

L'amour - par une image qu'on garde

Et les oiseaux - par la neige


Emily Dickinson

Voir les commentaires

The passers by

29 Septembre 2010, 06:50am

Publié par vertuchou

I sing you a song that I offer
To all the women you love for
A moment, a brief secrettime
To those that you scarcely
Had met when
A different destiny led them
To places you can't even find

To her that you saw
For an instant
Appear at
Her window quite distant
Then suddenly vanish away,
Her slim silhouette
A mere outline
So gracefully faded
For all time
But filled you with joy come
To stay

To her on a train
You were travelling
Whose beautiful eyes left you
marvelling
And shortened
The journey so much,
Perhaps
You alone understood her,
you watched her get out:
But you could not
Even give her soft hand
One light touch

To women already bespoken
Who find their life's
A mere token
With someone
That seems not to care.
They once,
In a moment of madness
Described the unbearable
Sadness
When life holds
Our only despair

The vision once
Glimpsed and idealised,
The shortest-lived hopes,
Never realised,
Remains in our minds
Just one day
Whatever brief happiness
Takes you
The memory
Will quickly forsake you
Of those you once met
On your way

But feeling
Your life has been wasted
You wish with regret
That you'd tasted
And known-what
These joys might
Have been:
The kisses
You dared not discover,
The hearts that await
You forever,
Those eyes and
Their glances unseen

When weariness lengthens
Your evenings
You people your solitude,
Grieving,
With phantoms
Your memory retains
You mourn absent
Lips of these countless
Fair passers-by briefly
Encountered
You didn't know how
To detain.

 

Graeme Allwright

 

 

 

 

Les passantes

Voir les commentaires

La poesia es un arma cargada de futuro

28 Septembre 2010, 04:33am

Publié par vertuchou

Cuando ya nada se espera personalmente exaltante,
mas se palpita y se sigue más acá de la conciencia,
fieramente existiendo, ciegamente afirmado,
como un pulso que golpea las tinieblas,

 

Quand plus rien de personnellement exaltant n´est attendu,
Plus on palpite et plus on est proche de la conscience,
Existant comme un fauve, aveuglement affirmé,
comme un pouls qui frappe les ténèbres,

 

cuando se miran de frente
los vertiginosos ojos claros de la muerte,
se dicen las verdades:
las bárbaras, terribles, amorosas crueldades.

 

quand on regarde en face
les vertigineux yeux clairs de la mort,
on dit les vérités :
Les barbares, les terribles, les amoureuses cruautés.

 

Se dicen los poemas
que ensanchan los pulmones de cuantos, asfixiados,
piden ser, piden ritmo,
piden ley para aquello que sienten excesivo.

 

On dit les poèmes
qui élargissent les poumons de tous ceux qui,
asphyxiés,
demandent à être, demandent du rythme,
demandent des lois pour ce qu´ils éprouvent d´excessif.

 

Con la velocidad del instinto,
con el rayo del prodigio,
como mágica evidencia, lo real se nos convierte
en lo idéntico a sí mismo.

 

Avec la vitesse de l'instinct,
avec l´éclair du prodige,
comme une évidence magique, ce qui est réel nous transforme
en ce qui est identique à à lui-même.

 

Poesía para el pobre, poesía necesaria
como el pan de cada día,
como el aire que exigimos trece veces por minuto,
para ser y en tanto somos dar un sí que glorifica.

 

Poésie pour le pauvre, poésie nécessaire
comme le pain de chaque jour,
comme l'air que nous exigeons treize fois par minute,

pour être et tant que nous sommes donner un oui qui nous glorifie.

 

Porque vivimos a golpes, porque apenas si nos dejan
decir que somos quien somos,
nuestros cantares no pueden ser sin pecado un adorno.
Estamos tocando el fondo.

 

Parce que nous vivons par à-coups,

parce que c´est à peine s´ils nous laissent
dire que nous sommes ceux qui nous sommes,
nos chants ne peuvent être, sans péché, un ornement.
Nous touchons le fond.

 

Maldigo la poesía concebida como un lujo
cultural por los neutrales
que, lavándose las manos, se desentienden y evaden.
Maldigo la poesía de quien no toma partido hasta mancharse.

 

Je maudis la poésie conçue comme un luxe
culturel par ceux qui sont neutres
Ceux qui, en se lavant les mains, se désintéressent et s´évadent.
Je maudis la poésie de celui qui ne prend pas parti jusqu'à la souillure.

 

Hago mías las faltas.  Siento en mí a cuantos sufren
y canto respirando.
Canto, y canto, y cantando más allá de mis penas
personales, me ensancho.

 

Je fais miennes les fautes. Je sens en moi à tous ceux qui souffrent
et je chante en respirant.
Je chante, et je chante, et en chantant par delà mes peines
personnelles, je m'élargis.


  aurore boréale Eyjafjöll

 

Quisiera daros vida, provocar nuevos actos,
y calculo por eso con técnica qué puedo.
Me siento un ingeniero del verso y un obrero
que trabaja con otros a España en sus aceros.

 

J´aimerais vous donner la vie, provoquer de nouveaux actes,
Et je calcule en conséquence, avec technique, ce que je peux faire.
Je me sens un ingénieur du vers et un ouvrier
qui travaille avec d'autres l'Espagne dans ses aciers.

  

Tal es mi poesía: poesía-herramienta
a la vez que latido de lo unánime y ciego.
Tal es, arma cargada de futuro expansivo
con que te apunto al pecho.

 

Telle est ma poésie : poésie- outil
à la fois battement du coeur de l´unanime et aveugle.
Telle est, arme chargée de futur expansif
avec laquelle je vise ta poitrine.

 

No es una poesía gota a gota pensada.
No es un bello producto. No es un fruto perfecto.
Es algo como el aire que todos respiramos
y es el canto que espacia cuanto dentro llevamos.

 

Ce n'est pas une poésie pensée goutte a goutte.
Ce n'est pas un beau produit. Ce n'est pas un fruit parfait.

C´est similaire à l'air que nous respirons tous
et c´est le chant qui donne de l´espace à tout ce nous portons en nous.

 

Son palabras que todos repetimos sintiendo
como nuestras, y vuelan. Son más que lo mentado.
Son lo más necesario: lo que no tiene nombre.
Son gritos en el cielo, y en la tierra son actos.

 

Ce sont des mots que nous répétons en les sentant
nôtres, et ils volent. Ils sont plus que ce qu´ils nomment.
Ils sont le plus nécessaire : ce qui n'a pas de nom.
Ce sont des cris au ciel, et sur terre ce sont les actes.


Gabriel Celaya

  

 

 

 

Voir les commentaires

La torche

27 Septembre 2010, 06:33am

Publié par vertuchou

Je vous aime, mon corps, qui fûtes son désir, 

Son champ de jouissance et son jardin d'extase 

Où se retrouve encor le goût de son plaisir

Comme un rare parfum dans un précieux vase.

 

Je vous aime, mes yeux, qui restiez éblouis

Dans l'émerveillement qu'il traînait à sa suite

Et qui gardez au fond de vous, comme en deux puits,

Le reflet persistant de sa beauté détruite. [...]

 

Je vous aime, mon coeur, qui scandiez à grands coups

Le rythme exaspéré des amoureuses fièvres,

Et mes pieds nus noués aux siens et mes genoux

Rivés à ses genoux et ma peau sous ses lèvres...

 

Je vous aime ma chair, qui faisiez à sa chair

Un tabernacle ardent de volupté parfaite 

Et qui preniez de lui le meilleur, le plus cher, 

Toujours rassasiée et jamais satisfaite.

 

Et je t'aime, ô mon âme avide, toi qui pars

- Nouvelle Isis - tentant la recherche éperdue 

Des atomes dissous, des effluves épars

De son être où toi-même as soif d'être perdue.

 

Je suis le temple vide où tout culte a cessé 

Sur l'inutile autel déserté par l'idole ; 

Je suis le feu qui danse à l'âtre délaissé, 

Le brasier qui n'échauffe rien, la torche folle...

 

Et ce besoin d'aimer qui n'a plus son emploi 

Dans la mort, à présent retombe sur moi-même. 

Et puisque, ô mon amour, vous êtes tout en moi 

Résorbé, c'est bien vous que j'aime si je m'aime.


Marie Nizet

Voir les commentaires

Dents du Midi

26 Septembre 2010, 05:34am

Publié par vertuchou

Hodler00.JPG

 

 

Ferdinand Hodler, Dents du Midi, 1913, huile sur toile 60 x 80 cm

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Haute mer

25 Septembre 2010, 05:42am

Publié par vertuchou

La grève des bords de mots est un sable rêche

Roulé de vagues de silence

Les marées de l’absence aiguisent les arêtes pointues des cailloux salés

 Sur le bord des lèvres, là où s'éteignent les appels qu’on ne crie pas

Par décence

 
Un vieux pêcheur muet lance une ligne

 

Dans un bruit mat qui se noie aussitôt

Le muet parle à des sourds

Ils avalent les phrases sans en recracher un morceau

 

Et ça fait un désert si blanc que le pêcheur baisse sa casquette

Protège ses yeux

Et ramène sa ligne

 

 

Ca ne mord pas aujourd’hui

 

 Alice Fernandez

 

link

Voir les commentaires

L'enfance

24 Septembre 2010, 06:25am

Publié par vertuchou

L'enfance reste en nous. Le temps est une boucle.

L'enfant est au centre, on ne fait que tourner autour

 

Agnès Desarthe

Voir les commentaires

À la faveur de la nuit

23 Septembre 2010, 05:42am

Publié par vertuchou

Se glisser dans ton ombre

à la faveur de la nuit.

Suivre tes pas,

ton ombre à la fenêtre.

Cette ombre à la fenêtre c'est toi, ce n'est pas une autre, c'est toi.

N'ouvre pas cette fenêtre derrière les rideaux de laquelle tu bouges.

 

5001830257_1f75cc917b.jpg

 

Ferme les yeux.

Je voudrais les fermer avec mes lèvres.

Mais la fenêtre s'ouvre et le vent

le vent qui balance bizarrement  la flamme

et le drapeau

entoure ma fuite de son manteau.

La fenêtre s'ouvre   Ce n'est pas toi.

Je le savais bien.

 

 

Robert Desnos

  

 

Jamais d'autre que toi

Voir les commentaires

Sensation

22 Septembre 2010, 06:13am

Publié par vertuchou

Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l'herbe menue :
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

 

 

5007008226_b6a7d522be.jpg

 

 

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien,
Mais l'amour infini me montera dans l'âme ;
Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, heureux- comme avec une femme.

Arthur Rimbaud 

 

Départ

Voir les commentaires

Ne me quitte pas

21 Septembre 2010, 06:01am

Publié par vertuchou

Ne me quitte pas
Il faut oublier
Tout peut s'oublier
Qui s'enfuit déjà
Oublier le temps
Des malentendus
Et le temps perdu
A savoir comment
Oublier ces heures
Qui tuaient parfois
A coups de pourquoi
Le cœur du bonheur
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Moi je t'offrirai
Des perles de pluie
Venues de pays
Où il ne pleut pas
Je creuserai la terre
Jusqu'après ma mort
Pour couvrir ton corps
D'or et de lumière
Je ferai un domaine
Où l'amour sera roi
Où l'amour sera loi
Où tu seras reine
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Nicholas-Waton05
Ne me quitte pas
Je t'inventerai
Des mots insensés
Que tu comprendras
Je te parlerai
De ces amants-là
Qui ont vu deux fois
Leurs cœurs s'embraser
Je te raconterai
L'histoire de ce roi
Mort de n'avoir pas
Pu te rencontrer
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

On a vu souvent
Rejaillir le feu
De l'ancien volcan
Qu'on croyait trop vieux
Il est paraît-il
Des terres brûlées
Donnant plus de blé
Qu'un meilleur avril
Et quand vient le soir
Pour qu'un ciel flamboie
Le rouge et le noir
Ne s'épousent-ils pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas

Ne me quitte pas
Je n'vais plus pleurer
Je n'vais plus parler
Je me cacherai là
A te regarder
Danser et sourire
Et à t'écouter
Chanter et puis rire
Laisse-moi devenir
L'ombre de ton ombre
L'ombre de ta main
L'ombre de ton chien
Mais
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas.

Jacques Brel

Voir les commentaires

1 2 3 > >>