Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Chanson

30 Novembre 2010, 05:21am

Publié par vertuchou

Le monde est plein de perte : apporte, vent, mon amour
Mon domicile est à l’endroit de nos rencontres,
Et l’amour est cela que je toucherai et lirai
Sur ce visage.

Soulève, vent, mon exil de mes yeux ;
La paix à regarder, la vie à entendre et confesser,
La liberté de trouver trouver trouver
Cette nudité.

Muriel Rukeyser

 

 

Voir les commentaires

Vertige

29 Novembre 2010, 22:30pm

Publié par vertuchou

Ils étaient côte à côte,
elle la tête légèrement penchée
lui  se tenant derrière
tendrements liés pour l'éternité
amour amitié, la frontière était tenue

Ils étaient côte à côte
adossés l'un à l'autre
ne croyant faire qu'un
l'amour l'amitié, rien n'était défini

peu importait

C'était hier
Ils ne sont plus ensemble
de leurs serments ils sont déliés
et apparaissent séparés
sur leurs nouveaux portraits

Une femme qui parle d'or
et embrasse l'amour sans pareil
a pris son envol
seule
le vertige le saisit

Fille de l'air et de la pluie

 le ciel lui appartient
au-dessus de la ville
 elle joue avec les nuages
et espère l'arc-en-ciel.


 

rayon-de-soleil.jpg

Voir les commentaires

Balada del que nunca fue a Granada

28 Novembre 2010, 06:13am

Publié par vertuchou

¡Qué lejos por mares, campos y montañas!

Ya otros soles miran mi cabeza cana. Nunca fui a Granada.
Mi cabeza cana, los años perdidos.
Quiero hallar los viejos, borrados caminos.
Nunca vi Granada.

 

Tant de mers, de champs et de montagnes m'en éloignent
 Déjà d'autres soleils regardent ma tête blanche.
Je ne suis jamais allé à Grenade.
 Ma tête blanche, les années perdues.
 Je veux retrouver les vieux chemins effacés.
 
Jamais  je n'ai  vu Grenade.


Dadle un ramo verde de luz a mi mano.
Una rienda corta y un galope largo.
Nunca entré en Granada.
¿Qué gente enemiga puebla sus adarves?
¿Quién los claros ecos libres de sus aires?
Nunca fui a Granada.

 

Donnez moi un rameau vert de lumière à la main
Une rêne courte et un long galop
Jamais je ne suis entré à Grenade
Quel ennemi peuple ses adarves ?
Quels sont les échos libres de ses vents?
Jamais je ne suis allé à Grenade

 

¿Quién hoy sus jardines aprisiona y pone
cadenas al habla de sus surtidores?
Nunca vi Granada.

 

Qui aujourd'hui emprisonne ses jardins et met

des cadenas à la bouche  de ses fontaines ?
Jamais je n'ai vu Grenade


Venid los que nunca fuisteis a Granada.
Hay sangre caída, sangre que me llama.
Nunca entré en Granada.

 

Venez, vous qui n'êtes jamais allé à Grenade

Le sang a coulé, sang qui m'appelle

Jamais, je ne suis entré dans Grenade


Hay sangre caída del mejor hermano.
Sangre por los mirtos y aguas de los patios.
Nunca fui a Granada.


Il y a du sang versé du meilleur frère
Du sang pour les myrtes et les eaux des patios
Jamais je ne suis allé à Grenade


Del mejor amigo, por los arrayanes.
Sangre por el Darro, por el Genil sangre.
Nunca vi Granada.


Du meilleur ami, pour les myrtes
Du sang coulant dans  le Darro, et  le Genil

Jamais  je n'ai  vu Grenade.

 

Si altas son las torres, el valor es alto.
Venid por montañas, por mares y campos.
Entraré en Granada.

 

Si les tours sont hautes, le courage est supérieur
Arrivez par les montagnes, les mers et les campagnes
J' entrerai à Grenade

.
Rafael Alberti            

 

 

      

Voir les commentaires

Bonne nuit

27 Novembre 2010, 07:18am

Publié par vertuchou

... L'amour aime l'errance
Ainsi Dieu l'a fait  de l'un à l'autre.
 Douce bien aimée, bonne nuit !
Je ne veux pas déranger tes rêves,
ce serait dommage pour ton repos.

pay01

Tu ne dois pas entendre sonner mon pas,
Doucement, doucement, je ferme la porte !
Et j'écris en m'en allant : Bonne nuit,
Afin que tu puisses voir
que j'ai pensé à toi

Wilhelm Müller

Voir les commentaires

Ne disons pas à l'amour : plus tard

26 Novembre 2010, 05:57am

Publié par vertuchou

Ne disons pas à l'amour : plus tard
l'avenir est fait de hasards
c'est aujourd'hui qu'il faut cueillir
ce que demain viendra flétrir
Vite un baiser, ma toute belle
jeunesse passe à tire d'aile

W. Shakespeare

What is love? 'tis not hereafter;
Present mirth hath present laughter;
What's to come is still unsure:
In delay there lies no plenty,--
Then come kiss me, Sweet and twenty,
Youth's a stuff will not endure.


 

Voir les commentaires

Amour atrophié

25 Novembre 2010, 06:56am

Publié par vertuchou

Amour sourd

aux battements de mon cœur

 

Amour aveugle

à la beauté naïve du regard

 

Amour muet

pour mon âme assoiffée de mots amoureux

 

Amour insensible

aux caresses de mes rêves

 

Amour défunt

embaumé de ton parfum

 

Amère mère

de mes sens troublés

 

Tu m'as laissé tomber

folle Passion insensée

 

 Nadia Gosselin

Voir les commentaires

Blue territory

24 Novembre 2010, 06:31am

Publié par vertuchou

Joan-Mitchell_Blue-territory--1972_huile-sur-toile-260-cm-x.jpg

 

Joan Mitchell   Blue territory, 1972

huile sur toile 260 cm x 180 cm

Voir les commentaires

Les feuilles mortes

23 Novembre 2010, 05:54am

Publié par vertuchou

 Oh! je voudrais tant que tu te souviennes
Des jours heureux où nous étions amis
En ce temps-là la vie était plus belle,
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle
Tu vois, je n'ai pas oublié...
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
Les souvenirs et les regrets aussi
Et le vent du nord les emporte
Dans la nuit froide de l'oubli.
Tu vois, je n'ai pas oublié
La chanson que tu me chantais.

C'est une chanson qui nous ressemble
Toi, tu m'aimais et je t'aimais
Et nous vivions tous deux ensemble
Toi qui m'aimais, moi qui t'aimais
Mais la vie sépare ceux qui s'aiment
Tout doucement, sans faire de bruit
Et la mer efface sur le sable
Les pas des amants désunis.

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
Les souvenirs et les regrets aussi
Mais mon amour silencieux et fidèle
Sourit toujours et remercie la vie
Je t'aimais tant, tu étais si jolie,
Comment veux-tu que je t'oublie?
En ce temps-là, la vie était plus belle
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui
Tu étais ma plus douce amie
Mais je n'ai que faire des regrets
Et la chanson que tu chantais
Toujours, toujours je l'entendrai !


C'est une chanson qui nous ressemble
Toi, tu m'aimais et je t'aimais
Et nous vivions tous deux ensemble
Toi qui m'aimais, moi qui t'aimais
Mais la vie sépare ceux qui s'aiment
Tout doucement, sans faire de bruit
Et la mer efface sur le sable
Les pas des amants désunis.


paroles: Jacques Prévert
musique: Joseph Kosma

 

 

Voir les commentaires

Dame au balcon

22 Novembre 2010, 06:27am

Publié par vertuchou

Soudain, elle apparaît, enveloppée de vent,
claire dans la clarté, arrachée, semble-t-il,
et sa chambre, taillée en biseau,
remplit la porte derrière elle,

sombre comme le champ d’un camée
dont les bords sont frangés de lumière ;
et tu as l’impression que le soir n’était pas
avant qu’elle apparût pour, sur la balustrade,

déposer encore un peu d’elle-même :
les mains encore — afin d’être légère :
comme offerte au ciel par les files
de maisons, mobile à tous les vents.

Rainer Maria Rilke

Voir les commentaires

C’est, c’est, c’est Labadie

21 Novembre 2010, 05:40am

Publié par vertuchou

Avoir 20 ans en Haïti
N’est pas comme vivre paisiblement à Paris,
Avoir 20 ans en Haïti depuis qu’on cherche un visa
N’est pas comme se lever un beau jour et se rendre au Canada,
Avoir 20 ans en Haïti à essayer de réussir son examen de baccalauréat
N’est pas comme on éprouve un dégoût immense après avoir dégusté un rat,
Avoir 20 ans en Haïti depuis qu’on vit dans le chômage
N’est pas comme on se dit qu’une minute plus tard Haïti ne sera qu’un mirage,
Avoir 20 ans en Haïti à idolâtrer Franck Etienne*
N’est pas comme vouloir démontrer qu’on est Haïtienne,
Alors c’est quoi ?
Je dois savoir quoi ?
Avoir 20 ans en Haïti depuis qu’on cherche du travail
C’est le désespoir de deux amoureux s’apercevant qu’ils ne s’aiment plus après une
nuit de retrouvailles,
Avoir 20 ans en Haïti handicapé, enfermé dans une maison
C’est se lever chaque jour et prier Dieu pour avoir la force de ne pas prendre du poison
Avoir 20 ans en Haïti à être humilié parce qu’on ne sait pas lire
C’est se lever chaque jour et regarder des milliers d’hommes sans savoir qui choisir,
C’est se dire que nous avons droit à un peu de loisir
Avoir 20 ans en Haïti à pleurer sur la tombe de sa mère
C’est se dire bientôt j’aurai des enfants qui pleureront eux aussi car je serai mère
Avoir 20 ans en Haïti à se laisser aider par les étrangers
C’est se dire qu’on n’aura jamais une dinde au goûter,
Avoir 20 ans en Haïti à prévoir un goudougoudou**
C’est se lever et dire aujourd’hui je mangerai du rapadou***,
Avoir 20 ans en Haïti à chercher un valet
C’est se dire qu’Haïti est nôtre et on doit le prendre comme il est
Avoir 20 ans en Haïti à regarder son drapeau flotter
C’est se dire qu’un jour notre perle aura sa clarté ;
Avoir 20 ans en Haïti
C’est, C’est, C’est Labadie****.


Destine Cassandra Cindy, 20 ans


* Chanteur et écrivain, plus connu sous le nom de Frankétienne.
** Onomatopée désignant le séisme du 12 janvier 2010.
*** Sucre non raffiné vendu dans des feuilles de palmiste.
**** Station balnéaire privée au nord du pays, réservée aux étrangers.

 

Haiti

 

link

Voir les commentaires

1 2 3 > >>