Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

L’esclave

28 Février 2011, 19:03pm

Publié par vertuchou

Le vigilant derviche à la prière appelle
Du haut des minarets teints des feux du couchant.
Voici l’heure au lion qui poursuit la gazelle ;
Une rose au jardin moi je m’en vais cherchant.
Musulmane aux longs yeux, d’un maître que je brave
Fille délicieuse, amante des concerts,
Est-il un sort plus doux que d’être ton esclave,
Toi que je sers, toi que je sers ?

Jadis, lorsque mon bras faisait voler la prame
Sur le fluide azur de l’abîme calmé,
Du sombre désespoir les pleurs mouillaient ma rame :
Un charme m’a guéri : j’aime et je suis aimé.
Le noir rocher me plaît ; la tour que le flot lave
Me sourit maintenant aux grèves de ces mers :
Le flambeau du signal y luit pour ton esclave,
Toi que je sers, toi que je sers !

Belle et divine es-tu, dans toute ta parure,
Quand la nuit au harem je glisse un pied furtif !
Les tapis, l’aloès, les fleurs et l’onde pure,
Sont par toi prodigués à ton jeune captif.
Quel bonheur ! au milieu du péril que j’aggrave,
T’entourer de mes bras, te parer de mes fers,
Mêler à tes colliers l’anneau de ton esclave,
Toi que je sers, toi que je sers !

Dans les sables mouvants, de ton blanc dromadaire
Je reconnais de loin le pas sûr et léger ;
Tu m’apparais soudain : un astre solitaire
Est moins doux sur la vague au pauvre passager ;
Du matin parfumé le souffle est moins suave,
Le palmier moins charmant au milieu des déserts.
Quel sultan glorieux égale ton esclave,
Toi que je sers, toi que je sers !

Mon pays, que j’aimais jusqu’à l’idolâtrie,
N’est plus dans les soupirs de ma simple chanson ;
Je ne regrette plus ma mère et ma patrie ;
Je crains qu’un prêtre saint n’apporte ma rançon.
Ne m’affranchis jamais ! laisse-moi mon entrave !
Oui, sois ma liberté, mon Dieu, mon univers !
Viens, sous tes beaux pieds nus, viens fouler ton esclave,
Toi que je sers, toi que je sers !

Tunis, 1807

François-René de Chateaubriand

Voir les commentaires

On rêve sur un poème

27 Février 2011, 05:08am

Publié par vertuchou

On rêve sur un poème comme on rêve sur un être. La compréhension,

comme le désir, comme la haine, est faite de rapports entre la chose à comprendre

et les autres, comprises ou incomprises.

C'est l'espoir ou le désespoir qui déterminera pour le rêveur éveillé,

pour le poète, l'action de son imagination. Qu'il formule cet espoir

ou ce désespoir et ses rapports avec le monde changeront immédiatement.

Paul Eluard

Voir les commentaires

Bande-moi les yeux...

26 Février 2011, 06:01am

Publié par vertuchou

Bande-moi les yeux
J’aime la nuit
Mon cœur est noir

Pousse-moi dans la nuit
Tout est faux
Je souffre

Le monde sent la mort
Les oiseaux volent les yeux crevés
Tu es sombre comme un ciel noir.

 

Georges Bataille

 

lake03

Voir les commentaires

Renaître

25 Février 2011, 05:58am

Publié par vertuchou

Combien de temps faut-il
pour renaitre
sans trébucher ?

La réponse est dans la nuit
quand les enfants dorment enfin calmes
et que les vieillards s'agitent

La réponse est en toi
une fois réconcilié
avec le passé

la réponse est dans
ta mort
prochaine.

 

Familistère-de-Guise

Voir les commentaires

I say a little prayer for you

24 Février 2011, 05:25am

Publié par vertuchou

The moment I wake up
Before I put on my makeup
I say a little pray for you
While combing my hair now,
And wondering what dress to wear now,
I say a little prayer for you

Forever, and ever, you'll stay in my heart
and I will love you
Forever, and ever, we never will part
Oh, how I love you
Together, forever, that's how it must be
To live without you
Would only meen heartbreak for me.

I run for the bus, dear,
While riding I think of us, dear,
I say a little prayer for you.
At work I just take time
And all through my coffee break-time,
I say a little prayer for you.

Forever, and ever, you'll stay in my heart
and I will love you
Forever, and ever we never will part
Oh, how I'll love you
Together, forever, that's how it must be
To live without you
Would only mean heartbreak for me.

I say a little prayer for you

I say a little prayer for you

My darling believe me, ( beleive me)
For me there is no one but you!
Please love me too (answer his pray)
And I'm in love with you (answer his pray)
Answer my prayer now babe (answer his pray)

Forever, and ever, you'll stay in my heart
and I will love you
Forever, and ever we never will part
Oh, how I'll love you
Together, forever, that's how it must be
To live without you
Would only mean heartbreak for me (oooooooooh)

 

 

Voir les commentaires

Portrait d'Olga dans un fauteuil

23 Février 2011, 05:19am

Publié par vertuchou

Picasso portrait d'Olga

 

Pablo Picasso

Portrait d'Olga dans un fauteuil

1917

huile sur toile

130 x 88 cm

Voir les commentaires

San Bernardino

22 Février 2011, 06:17am

Publié par vertuchou

    Que j'enferme en ma mémoire,
    Ma mémoire et mon amour,
    Le parfum féminin des courbes colonies,
    Cet enfant nu-fleuri dans la mantille noire
    De sa mère passant sous la conque du jour,
    Ces plantes à l'envi, et ces feuilles qui plient,
    Ces verts mouvants, ces rouges frais,
    Ces oiseaux inespérés,
    Et ces boules d'harmonies,

    J'en aurai besoin un jour,
    J'aurai besoin de vous, souvenirs que je veux
    Modelés dans le lisse honneur des cieux heureux,
    Vous me visiterez, secourables audaces,
    Azur vivace d'un espace
    Où chaque arbre se hisse au dénouement des palmes
    A la recherche de son âme,
    Où la fleur mouille en l'infini
    De la couleur et du parfum qu'elle a choisis,
    Où je suis arrivé plein d'Europe et d'escales
    Ayant toujours appareillé

    Et, sous le chuchotis de ces heures égales,
    Du fard des jours errants je me suis dépouillé.

    Jules Supervielle

Voir les commentaires

Lentement

21 Février 2011, 05:20am

Publié par vertuchou

Lentement meurt celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas,

celui qui n'écoute pas de musique,

celui qui ne trouve pas la grâce en lui-même.

Pablo Neruda

Voir les commentaires

Matin de douleur

20 Février 2011, 06:18am

Publié par vertuchou

Mon cœur pleure de vivre en février

quand le soleil naît tiède

sur la plaine entre la montagne et la mer.

Lumière sans passion, lumière vieille,

aux rayons qui réchauffent à peine

les branches nues et l’herbe sèche.

Le ruisseau renvoie l’image

des touffes jaunâtres des pensées

mortes dans leur semence.

Pier Pasolini

Voir les commentaires

Sol Da Te Mio Dolce Amore

19 Février 2011, 05:28am

Publié par vertuchou

 

 

 

                            extrait de l'opéra d' Antonio Vivaldi  Orlando Furioso 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>