Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Cette blessure

30 Novembre 2011, 06:08am

Publié par vertuchou

Cette blessure
Où meurt la mer comme un chagrin de chair
Où va la vie germer dans le désert
Qui fait de sang la blancheur des berceaux
Qui se referme au marbre du tombeau
Cette blessure d'où je viens

Cette blessure
Où va ma lèvre à l'aube de l'amour
Où bat ta fièvre un peu comme un tambour
D'où part ta vigne en y pressant des doigts
D'où vient le cri le même chaque fois
Cette blessure d'où tu viens

Cette blessure
Qui se referme à l'orée de l'ennui
Comme une cicatrice de la nuit
Et qui n'en finit pas de se rouvrir
Sous des larmes qu'affile le désir

Cette blessure
Comme un soleil sur la mélancolie
Comme un jardin qu'on n'ouvre que la nuit
Comme un parfum qui traîne à la marée
Comme un sourire sur ma destinée
Cette blessure d'où je viens

Cette blessure
Drapée de soie sous son triangle noir
Où vont des géomètres de hasard
Bâtir de rien des chagrins assistés
En y creusant parfois pour le péché
Cette blessure d'où tu viens

Cette blessure
Qu'on voudrait coudre au milieu du désir
Comme une couture sur le plaisir
Qu'on voudrait voir se fermer à jamais
Comme une porte ouverte sur la mort

Cette blessure dont je meurs

Léo Ferré

Voir les commentaires

Où la femme est secrète l’homme est inutile

29 Novembre 2011, 05:54am

Publié par vertuchou

L’indifférence violemment exclue
Tout se jouait
Autour du ventre sans raison et des paroles sans suite
D’une femme faite pour elle-même
Et plus nue que réelle

Elle avait un charme de plus
Que celle dont elle était née
Qui promettait

Recueillait tant de merveilles
Tous les mystères
Dans la lumière écarquillée
Sous son énorme chevelure
Sous ses paupières basses

À voix sourde mêlée de rires
Elle et ses lèvres racontaient
La vie
D’autres lèvres semblables aux siennes
Cherchant leur bien entre elles

Comme des graines dans le vent
La vie aussi
D’hommes qui n’y tenaient guère
De femmes aux chagrins bizarres
Qui se fardent pour s’effacer

Et nul ne comprenait sur quel fond de délices et de certitudes
La mémoire future la mémoire inconnue
Jouerait mieux que l’espoir
A jamais joué dans le commun dans l’habituel.

Paul Eluard.

Voir les commentaires

La poésie n'est pas un instrument

28 Novembre 2011, 05:59am

Publié par vertuchou

La  poésie  n’est  pas  un  instrument,
elle  n’est  pas  un  mécanisme  intermédiaire
permettant de parvenir à quelque chose ;
la poésie est une fin en soi.

Rocio Silva Santisteban

Voir les commentaires

Round about midnight

27 Novembre 2011, 05:53am

Publié par vertuchou

 

 


 

Keith Jarret


Round about Midnight

 

Solo Tribute

 

1987

 

Voir les commentaires

Je voudrais bien

26 Novembre 2011, 05:03am

Publié par vertuchou

Je voudrais bien richement jaunissant
En pluie d’or goutte à goutte descendre
Dans le giron de ma belle Cassandre,
Lorsqu’en ses yeux le somme va glissant.

Puis je voudrais en taureau blanchissant
Me transformer pour sur mon dos la prendre,
Quand en avril par l’herbe la plus tendre
Elle va, fleur mille fleurs ravissant.

Je voudrais bien pour alléger ma peine,
Être un Narcisse et elle une fontaine,
Pour m’y plonger une nuit à séjour ;

Et si voudrais que cette nuit encore
Fut éternelle, et que jamais l’Aurore
Pour m’éveiller ne rallumât le jour.

 

Pierre de Ronsard

Voir les commentaires

Champ de blé avec cyprès

25 Novembre 2011, 00:00am

Publié par vertuchou

Vincent-Van-Gogh_un-champ-de-ble-avec-des-cypres_1889_72-.gif

 

Vincent Van Gogh

(1853-1890)


Champ de blé avec cyprès

1899


Huile sur toile

72,1 cm × 90,9 cm

Voir les commentaires

Le Temps réconcilié

24 Novembre 2011, 05:14am

Publié par vertuchou

1.

Entre deux toits
Le bleu
Comme un appel de colombe

La lucarne

Seul regard
Pour toute une vie

Qui rêve de sa vacance


2.

C'était une demeure
D'ici et maintenant

Bousculée par le ciel
Et les erreurs
Du vent

Qui emportait
Nos rêves
Avec fruits et moissons

Qui emportait
Nos rêves
Avec fruits et moissons

C'était une demeure
Du ciel sans frontières

Les murs étaient d'ici
Le ciel était chez lui

Nous y vivions le jour
Connaissions le mot fin

Le temps réconcilié
A sa per te éternelle.


Hélène Cadou

Voir les commentaires

Tutto fa nocchiero esparto

23 Novembre 2011, 05:57am

Publié par vertuchou

 

 


 

Tutto fa nocchiero esparto

 

 Ifigenia in Aulide (1718)

 

  Antonio Caldara (1670-1736)

 

Philippe Jaroussky, mezzo-soprano contre-tenor.

Voir les commentaires

La question

22 Novembre 2011, 05:17am

Publié par vertuchou

je ne sais pas qui tu peux être
je ne sais pas qui tu espères
je cherche toujours à te connaître
et ton silence trouble mon silence

je ne sais pas d'où vient le mensonge
est-ce de ta voix qui se tait
les mondes où malgré moi je plonge
sont comme un tunnel qui m'effraie

de ta distance à la mienne
on se perd bien trop souvent
et chercher à te comprendre
c'est courir après le vent

je ne sais pas pourquoi je reste
dans une mer où je me noie
je ne sais pas pourquoi je reste
dans un air qui m'étouffera

tu es le sang de ma blessure
tu es le feu de ma brûlure
tu es ma question sans réponse
mon cri muet et mon silence

 

paroles de  Françoise Hardy

Musique de Tuca

 

 

 

 

Voir les commentaires

Jouissance

21 Novembre 2011, 05:38am

Publié par vertuchou

Aujourd’hui dans tes bras j’ai demeuré pâmée,
Aujourd’hui, cher Tirsis, ton amoureuse ardeur
Triomphe impunément de toute ma pudeur
Et je cède aux transports dont mon âme est charmée.

Ta flamme et ton respect m’ont enfin désarmée ;
Dans nos embrassements, je mets tout mon bonheur
Et je ne connais plus de vertu ni d’honneur
Puisque j’aime Tirsis et que j’en suis aimée.

O vous, faibles esprits, qui ne connaissez pas
Les plaisirs les plus doux que l’on goûte ici-bas,
Apprenez les transports dont mon âme est ravie !

Une douce langueur m’ôte le sentiment,
Je meurs entre les bras de mon fidèle Amant,
Et c’est dans cette mort que je trouve la vie.
 

 

Marie-Catherine-Hortense Villedieu

Voir les commentaires

1 2 3 > >>