Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Wave, Night

31 Décembre 2011, 06:14am

Publié par vertuchou

1947.33.jpg

 

Georgia O’Keeffe

1887-1986

 

Wave, Night

 1928

 

huile sur toile

76.2 x 91.44 cm

Voir les commentaires

Un poète est la chose la moins poétique qui soit

30 Décembre 2011, 06:01am

Publié par vertuchou

Un poète est la chose la moins poétique qui soit ; car il n’a pas d’identité

– il est constamment forme – et matière d’un autre Corps

– le Soleil, la Lune, la Mer, les Hommes et les Femmes,

créatures impulsives, sont poétiques et possèdent en eux

un attribut permanent

– le poète n’en possède aucun ; il n’a aucune identité

– il est certainement la moins poétique de toutes les créatures de Dieu.

 
John Keats

Voir les commentaires

La demeure d'un ciel

29 Décembre 2011, 16:52pm

Publié par vertuchou

On s'est connu
En bas des marches
Du palais
Tout en bas de l'escalier de glace
Tes pieds dansaient
nus sur la neige
Et tu chantais cet air plein de malice et de grâce

Ôte maintenant
Tes souliers
Et chausse à ton pied
Quelques pelotes de nuées
Car ici désormais
Est la demeure d'un ciel
La demeure d'un ciel

On a monté
Toutes les marches
Du palais
Jusqu'en haut de l'escalier de glace
Un ingénu
Nous attendait
Et nous a mariés
Parmi les oiseaux sauvages

Ôte maintenant
Tes souliers
Et chausse à ton pied
Quelques pelotes de nuées
Car ici désormais
Est la demeure d'un ciel
La demeure d'un ciel

Voir les commentaires

Alfonsina y el mar

28 Décembre 2011, 05:49am

Publié par vertuchou

 

 

 

  Alfonsina y el mar

 

Michel Camilo (au piano)

Charles Flores (basse)

Giovanni Hidalgo (lpercussions)

 

Mano a Mano

2011

Voir les commentaires

Silence

27 Décembre 2011, 05:23am

Publié par vertuchou

Qu'as-tu fait de ton été ?
Toi qui l'avait tant espéré
au bras de ta bien aimée

As-tu parcouru l'Arménie
ou es-tu restée solitaire
près de Clichy ?

Dans l'ignorance,
condamné au silence
je t'ai perdue

A qui réserves-tu désormais
tes mots de velours
tes poèmes d'amour ?

Souvenir étincelant
d'une fulgurance
d'une comète évanouie

Ivre de tendresse
étincelante d'absolu
tu embrasais mes rêves

De ce rêve abandonné
souvenir  immarcescible
je reste brûlé.

Voir les commentaires

Bricolage

26 Décembre 2011, 06:07am

Publié par vertuchou

Tu naquis d'un bricolage

Du génial univers

Par d'étranges combinaisons

Par surprise et par liaisons


Tu devins Toi plutôt que mouche

Plutôt que zèbre souris lion


Surgi du magma des possibles

Et de la souche de toute vie

Tu devins Toi

Unique au monde

Face à l'éphémère défi



Andrée Chedid

Voir les commentaires

Jauchzet, Frohlocket !

25 Décembre 2011, 06:15am

Publié par vertuchou

Voir les commentaires

Sans doute la poésie

24 Décembre 2011, 06:04am

Publié par vertuchou

Sans doute la poésie a-t-elle pour fond la nostalgie.

Nostalgie du jadis et du naguère, nostalgie du perdu, de l’origine, de l’impossible.

 

Jean-Michel Maulpoix

 

link

Voir les commentaires

La dame de carreau

23 Décembre 2011, 05:59am

Publié par vertuchou

Tout jeune, j’ai ouvert mes bras à la pureté. Ce ne fut qu’un battement d’ailes au ciel de mon éternité, qu’un battement de coeur amoureux qui bat dans les poitrines conquises. Je ne pouvais plus tomber.

Aimant l’amour. En vérité, la lumière m’éblouit.

J’en garde assez en moi pour regarder la nuit, toute la nuit, toutes les nuits.

Toutes les vierges sont différentes. Je rêve toujours d’une vierge.

A l’école, elle est au banc devant moi, en tablier noir. Quand elle se retourne pour me demander la solution d’un problème, l’innocence de ses yeux me confond à un tel point que, prenant mon trouble en pitié, elle passe ses bras autour de mon cou.

Ailleurs, elle me quitte. Elle monte sur un bateau. Nous sommes presque étrangers l’un à l’autre, mais sa jeunesse est si grande que son baiser ne me surprend point.

Ou bien, quand elle est malade, c’est sa main que je garde dans les miennes, jusqu’à en mourir, jusqu’à m’éveiller.

Je cours d’autant plus vite à ses rendez-vous que j’ai peur de n’avoir pas le temps d’arriver avant que d’autres pensées me dérobent à moi-même.

Une fois, le monde allait finir et nous ignorions tout de notre amour. Elle a cherché mes lèvres avec des mouvements de tête lents et caressants. J’ai bien cru, cette nuit-là, que je la ramènerais au jour.

Et c’est toujours le même aveu, la même jeunesse, les mêmes yeux purs, le même geste ingénu de ses bras autour de mon cou, la même caresse, la même révélation.

Mais ce n’est jamais la même femme.

Les cartes ont dit que je la rencontrerai dans la vie, mais sans la reconnaître.

Aimant l’amour.

 

Paul Elaurd

Voir les commentaires

Je suis de celles

22 Décembre 2011, 06:04am

Publié par vertuchou

Tiens, qu’est-ce que tu fais là ?

C’est moi, c’est Nathalie

Quoi tu me reconnais pas ?

Mais si

On était ensemble au lycée

C’est vrai, j’ai changé

J’ai des enfants, un mari

Bah quoi, t’as l’air surpris

J’étais pas destinée

A une vie bien rangée

J’étais perdue

Mon mari m’a trouvée

J’étais de celles

Qui disent jamais non

Les “Marie couche-toi là”

Dont on oublie le nom

J’étais pas la jolie

Moi, j’étais sa copine

Celle qu’on voit à peine

Qu’on appelle machine

J’avais deux ans de plus

Peut-être deux ans de trop

Et j’aimais les garçons

Peut-être un peu trop

Bien sûr, vous aviez eu

Des dizaines de conquêtes

Que personnes n’avaient vues

Toujours pendant les fêtes

Pour beaucoup d’entre vous

Je suis la première fois

De celles qui comptent

Mais pas tant que ça

Je n’étais pas de celles

A qui l’on fait la cour

Moi, j’étais de celles

Qui sont déjà d’accord

Vous veniez chez moi

Mais dès le lendemain

Vous refusiez en public

De me tenir la main

Quand vous m’embrassiez

A l’abri des regards

Je savais pourquoi

Pour pas qu’on puisse nous voir

Alors je fermais les yeux

A m’en fendre les paupières

Pendant que pour guetter

Vous les gardiez ouverts

Je me répétais :

” faut pas que je m’attache “

Vous vous pensiez :

” il faut pas que ça se sache “

Mais une fois dans mes bras

Vos murmures essoufflés

C’est à moi, rien qu’à moi

Qu’ils étaient destinés

Enlacée contre vous

A respirer vos cheveux

Je le sais, je l’affirme

Vous m’aimiez un peu

Certaines tombent amoureuses

C’est pur, ça les élève

Moi, je tombais amoureuse

Comme on tombe d’une chaise

Et gonflés de l’avoir fait

Vous donniez conférence

Une souris qu’on dissèque

Mon corps pour la science

Je nourrissais

Vos blagues de caserne

Que vous pensiez viriles

Petits hommes des cavernes

D’avoir pour moi

Un seul mot de tendresse

Vous apparaissait

Comme la pire des faiblesses

Vous les fiers à bras

Vous parliez en experts

Oubliant qu’dans mes bras

Vous faisiez moins les fiers

Et les autres filles

Perfides petites saintes

M’auraient tondue les cheveux

A une autre époque

Celles qui ont l’habitude

Qu’on les cajole

Ignorent la solitude

Que rien ne console

Vous veniez chez moi

Mais dès le lendemain

Vous refusiez en public

De me tenir la main.

 

Benabar

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>