Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Sans titre

31 Mars 2015, 04:44am

Publié par vertuchou

Anonyme, Sans titre, vers 1930

Anonyme, Sans titre, vers 1930

Voir les commentaires

Virgilianes XI

30 Mars 2015, 04:42am

Publié par vertuchou

sommes-nous
cette fable
que notre corps
raconte

sommes-nous
le mot de l'énigme

un presque vivre
ou un presque mourir

quelque chose d'étrange
entre Dieu et poussière

sommeil
comme désert
ou village
sous la neige

Raymond Farina

Voir les commentaires

Le plus difficile, pour le poète

29 Mars 2015, 04:40am

Publié par vertuchou

« Le plus difficile, pour le poète, c’est de rester continuellement

sur ce fil qu’est l’écriture, de vivre chaque heure de sa vie

à hauteur du rêve, de ne jamais redescendre,

ne serait-ce qu’un instant, de la corde de son imaginaire.

En vérité, le plus difficile, c’est de devenir un funambule du verbe. »

Maxence Fermine, Neige

Voir les commentaires

Soyez inexorable

28 Mars 2015, 04:38am

Publié par vertuchou

Soyez inexorable
L'amour est inévitable...


Un amant bien traité se rend insupportable ;
Il néglige l'objet dont son cœur est charmé ;
De tous les petits soins il devient incapable :
Un amant sûr d'être aimé
Cesse toujours d'être aimable.


Soyez inexorable
L'amour est inévitable...


S'il faut pour un berger brûler d'un feu semblable
A celui dont son cœur nous paraît consumé,
Par de feintes rigueurs rendons-le misérable :
Un amant sûr d'être aimé
Cesse toujours d'être aimable.


Soyez inexorable
L'amour est inévitable...


Pourquoi du plaisir d'aimer faut-il faire une affaire ?
Quels bergers en font autant dans l'ingrat siècle où nous sommes ?


Soyez inexorable
L'amour est inévitable...

Antoinette de Lafon de Boisguérin des Houlières ou Deshoulières

Voir les commentaires

Pièces de Violle

27 Mars 2015, 04:14am

Publié par vertuchou

Mr. De Machy: Pieces de Violle (Suite de danses, Paris, 1685), par Jordi Saval

Voir les commentaires

1695

26 Mars 2015, 04:12am

Publié par vertuchou

1695

There is a solitude of space
A solitude of sea
A solitude of death, but these
Society shall be
Compared with that profounder site
That polar privacy
A soul admitted to itself—
Finite Infinity.

*

Il y a une solitude de l'espace
Une solitude de la mer
Une solitude de la mort, mais toutes
seront nombreuses
Comparées à ce lieu plus profond
A cette intimité polaire
Une âme qui se reconnaît elle-même—
Infinité finie.

Emily Dickinson

Voir les commentaires

Jour naissant

25 Mars 2015, 04:29am

Publié par vertuchou

Quand la fente de la nuit révèle l’aube
le vent s’amuse à tresser les cheveux des arbres
il joue avec le restant d’étoiles

Toi tu poses ton pied dans le jour
tu picores l’ombre
tu pourfends les fumées de l’âme
tu es dans cet intervalle un homme de trop

Tu illumines la poussière du temps
tu étreins l’arbre
et le jour fleurit dans ta main


Jean-Pierre Brèthes

Voir les commentaires

A présent elle sait...

24 Mars 2015, 04:18am

Publié par vertuchou

A présent elle sait enfin pourquoi elle vit:
parce qu'elle devait -le-rencontrer.
Dans les heures sombres de désespoir,
elle s'est souvent demandé pourquoi
elle était venue sur terre.
Elle en voulait à ses parents de l'avoir mise au monde.
Ce monde qui lui semblait hostile et dur.
Elle est tellement émue qu'il lui soit apparu
qu'elle en mourrait volontiers sur le champ.
Rien n'existe pour elle de plus grandiose
et de plus excitant
que la contemplation de cet étranger.
Pour la première fois de sa vie,
elle aime quelqu'un qui n'est pas son père.

Unica Zürn Sombre printemps -

Voir les commentaires

Acanthus

23 Mars 2015, 04:55am

Publié par vertuchou

Henri Matisse - Acanthus 1953

Henri Matisse - Acanthus 1953

Voir les commentaires

Pantoum

22 Mars 2015, 04:18am

Publié par vertuchou

Au clair soleil de la jeunesse,
Pauvre enfant d'été, moi, j'ai cru.
- Est-il sûr qu'un jour tout renaisse,
Après que tout a disparu ?

Pauvre enfant d'été, moi, j'ai cru !
Et tout manque où ma main s'appuie.
- Après que tout a disparu
Je regarde tomber la pluie.

Et tout manque où ma main s'appuie.
Hélas ! les beaux jours ne sont plus.
- Je regarde tomber la pluie...
Vraiment, j'ai vingt ans révolus.

Louisa Pène-Siefert

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>