Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Les pas

31 Mai 2015, 04:38am

Publié par vertuchou

Tes pas, enfants de mon silence,
Saintement, lentement placés,
Vers le lit de ma vigilance
Procèdent muets et glacés.

Personne pure, ombre divine,
Qu’ils sont doux, tes pas retenus !
Dieux !… tous les dons que je devine
Viennent à moi sur ces pieds nus !

Si, de tes lèvres avancées,
Tu prépares pour l’apaiser,
A l’habitant de mes pensées
La nourriture d’un baiser,

Ne hâte pas cet acte tendre,
Douceur d’être et de n’être pas,
Car j’ai vécu de vous attendre,
Et mon coeur n’était que vos pas.

Paul Valéry

Voir les commentaires

Cheese cake

30 Mai 2015, 05:27am

Publié par vertuchou

Harold Mabern Trio et Eric Alexander - Cheese Cake

Voir les commentaires

Tu contemples en moi

29 Mai 2015, 04:42am

Publié par vertuchou

Tu contemples en moi, cette saison de l’an
Dont les feuilles jaunies – le peu qui reste – pendent
Aux branches qui bataillent contre l’âpre vent,
Chœur nu, en ruine, où hier encor chantait la grive.

Tu vois le crépuscule en moi d’un de ces jours
Qui, le soleil caché, s’étreignent au couchant,
Engloutis peu à peu par la nuit ténébreuse,
Cette autre mort qui scelle tout par le repos.

Tu vois en moi le chatoiement d’un de ces feux
Qui palpitent sur les cendres de ta jeunesse,
Tel le lit sur lequel il faudra qu’il s’expire
Consumé par cela même qui l’a nourri

Tu le perçois et ton amour s’accroît
De mieux chérir ce qui, demain, t’échappera.


William Shakespeare

Voir les commentaires

la Poésie

28 Mai 2015, 04:41am

Publié par vertuchou

Entre ce que je vois et dis,
entre ce que je dis et tais,
entre ce que je tais et rêve
entre ce que je rêve et oublie,
la Poésie.
Elle glisse
entre le oui et le non :
elle dit
ce que je tais,
elle tait
ce que je dis,
elle rêve
ce que j’oublie.
Elle n’est pas un dire :
elle est un faire.
La poésie
se dit et s’entend :
elle est réelle.
Et à peine je dis
« elle est réelle »
elle se dissipe.
Est-elle ainsi plus réelle ?

Octavio Paz

Voir les commentaires

Toute mon œuvre de poète

27 Mai 2015, 04:15am

Publié par vertuchou

« Toute mon œuvre de poète repose
sur cette conviction que l’art,
la poésie n'expriment pas l'existence
ou l'être humain mais les complètent.
Exprimer une chose, c'est toujours
n'en dire qu'une partie,
fort heureusement d'ailleurs.
Quand je parle, je ne m'exprime pas,
je me projette.
La poésie, l'art, sont donc
un prolongement de l'existence.
Par eux, je ne cherche pas à reproduire
la réalité ni même à la saisir,
mais à en inventer une autre
qui va éclore et continuer
à se déployer hors et en avant
de celle dont elle vient. »

Adonis

Voir les commentaires

Paper Memory

26 Mai 2015, 04:38am

Publié par vertuchou

 Emily Soto : Paper Memory

Emily Soto : Paper Memory

Voir les commentaires

Chanson de la plus haute tour

25 Mai 2015, 04:32am

Publié par vertuchou

Qu’il vienne, qu’il vienne,
Le temps dont on s’éprenne.

J’ai tant fait patience
Qu’à jamais j’oublie.
Craintes et souffrances
Aux cieux sont parties.
Et la soif malsaine
Obscurcit mes veines.

Qu’il vienne, qu’il vienne,
Le temps dont on s’éprenne.

Arthur Rimbaud

Voir les commentaires

Je me sentais vivre en elle, et elle vivait pour moi seul

24 Mai 2015, 04:21am

Publié par vertuchou

Je me sentais vivre en elle, et elle vivait pour moi seul.

Son sourire me remplissait d'une béatitude infinie; la vibration de sa voix si douce

et cependant fortement timbrée me faisait tressaillir de joie et d'amour.

Elle avait pour moi toutes les perfections, elle répondait à tous mes enthousiasmes,

à tous mes caprices, − belle comme le jour aux feux de la rampe qui l'éclairait d'en bas,

pâle comme la nuit, quand la rampe baissée la laissait éclairée d'en haut

sous les rayons du lustre et la montrait plus naturelle,

brillant dans l'ombre de sa seule beauté, comme les Heures divines

qui se découpent, avec une étoile au front,

sur les fonds bruns des fresques d'Herculanum !

Gérard de Nerval, Sylvie

Voir les commentaires

Mes nuits sont nos draps

23 Mai 2015, 04:47am

Publié par vertuchou

Mes nuits sont nos draps frôlant ta peau ouatée,
Des serpents de silence rampant jusqu’à tes bras,
Proposant à tes lèvres le fruit le plus sucré,
Et l’amour en présence même au bout de mes doigts.

Mes nuits sont des richesses qui ne s’achètent pas,
Des caresses bercées d’or sur tes désirs argent,
Le souffle de ma bouche posé ici et là,
Pour conjurer le sort et se refaire amants.

Mes nuits sont ces jours qui perdent la raison,
Des bruissements d’insouciance, les vœux du condamné,
Mes espoirs dans tes mains, un serment de passion,
Et les frissons d’hiver des phrases d’éternité.

Carole Riquet

Voir les commentaires

Mood island

22 Mai 2015, 04:39am

Publié par vertuchou

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>