Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Le poète entre dans le temps par effraction

30 Septembre 2015, 04:38am

Publié par vertuchou

Le poète entre dans le temps par effraction; il l'abolit.

- René de Obaldia

Voir les commentaires

Alicante

29 Septembre 2015, 04:35am

Publié par vertuchou

Une orange sur la table
Ta robe sur le tapis
Et toi dans mon lit
Doux présent du présent
Fraîcheur de la nuit
Chaleur de ma vie.

Jacques Prévert

Voir les commentaires

Game of Thrones

28 Septembre 2015, 04:32am

Publié par vertuchou

Voir les commentaires

A Julie

27 Septembre 2015, 04:20am

Publié par vertuchou

On me demande, par les rues,
Pourquoi je vais bayant aux grues,
Fumant mon cigare au soleil,
A quoi se passe ma jeunesse,
Et depuis trois ans de paresse
Ce qu'ont fait mes nuits sans sommeil.

Donne-moi tes lèvres, Julie ;
Les folles nuits qui t'ont pâlie
Ont séché leur corail luisant.
Parfume-les de ton haleine ;
Donne-les-moi, mon Africaine,
Tes belles lèvres de pur sang.

Mon imprimeur crie à tue-tête
Que sa machine est toujours prête,
Et que la mienne n'en peut mais.
D'honnêtes gens, qu'un club admire,
N'ont pas dédaigné de prédire
Que je n'en reviendrai jamais.

Julie, as-tu du vin d'Espagne ?
Hier, nous battions la campagne ;
Va donc voir s'il en reste encor.
Ta bouche est brûlante, Julie ;
Inventons donc quelque folie
Qui nous perde l'âme et le corps.

On dit que ma gourme me rentre,
Que je n'ai plus rien dans le ventre,
Que je suis vide à faire peur ;
Je crois, si j'en valais la peine,
Qu'on m'enverrait à Sainte-Hélène,
Avec un cancer dans le coeur.

Allons, Julie, il faut t'attendre
A me voir quelque jour en cendre,
Comme Hercule sur son rocher.
Puisque c'est par toi que j'expire,
Ouvre ta robe, Déjanire,
Que je monte sur mon bûcher.

Alfred de Musset

Voir les commentaires

Le Poète se fait voyant

26 Septembre 2015, 03:55am

Publié par vertuchou

Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens.

Toutes les formes d’amour, de souffrance, de folie ; il cherche lui-même,

il épuise en lui tous les poisons, pour n’en garder que les quintessences.


Arthur Rimbaud, Lettre du Voyant, 15 mai 1871

Voir les commentaires

L’eau perpétuelle

25 Septembre 2015, 04:57am

Publié par vertuchou

Quand je glisse en tes yeux,
Une allée me prolonge
Loin du mortel pays.

Amour, il fallait bien que tu sois.

Au bord des rives où tout trépigne et s’efface;
Il fallait bien que l’eau perpétuelle
Nous donne ce qui est plus que la vie.

Andrée Chedid

Voir les commentaires

T1961–H37

24 Septembre 2015, 04:30am

Publié par vertuchou

 Hans Hartung (1904-1989) T1961–H37, 1961

Hans Hartung (1904-1989) T1961–H37, 1961

Voir les commentaires

J’éprouvais alors - la seule fois de ma vie -

23 Septembre 2015, 04:33am

Publié par vertuchou

“J’éprouvais alors - la seule fois de ma vie - le désir total d’une femme

où tout mon être était engagé corps et âme, concupiscence et tendresse,

chagrin et furieux goût de vivre, fringale de vulgarité comme de réconfort,

soif d’une seconde de plaisir comme d’éternelle possession.

J’étais entièrement engagé, tendu, concentré et je me souviens

de ces moments comme d’un paradis perdu.”


Milan Kundera, La plaisanterie

Voir les commentaires

L'automne fait les bruits froissés

22 Septembre 2015, 04:32am

Publié par vertuchou

L'automne fait les bruits froissés
De nos tumultueux baisers.

Dans l'eau tombent les feuilles sèches
Et, sur ses yeux, les folles mèches.

Voici les pêches, les raisins,
J'aime mieux sa joue et ses seins.

Que me fait le soir triste et rouge,
Quand sa lèvre boudeuse bouge?

Le vin qui coule des pressoirs
Est moins traître que ses yeux noirs.

Charles Cros

Voir les commentaires

Déclaration d'amour

21 Septembre 2015, 04:10am

Publié par vertuchou

Je t'aime
Je te tiens à mon poing comme un oiseau
Je te promène dans la rue avec les femmes
Je puis te rouer de coups et t'embrasser
O poésie
En même temps
T'épouser à chaque heure du jour
Tu es une belle figure épouvantable
Une grande flamme véhémente
Comme un pays d'automne démâté
Tu es ceinte de fouets sanglants et de fumées
Je ne sais pas si tu t'émeus
Je te possède
Je te salis de mon amour et de mes larmes
Je te grandis je te vénère je t'abîme
Comme un fruit recouvert patiemment par la neige.

René Guy Cadou

Voir les commentaires

1 2 3 > >>