Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Lettre à J.

31 Juillet 2016, 03:52am

Publié par vertuchou

Mon cœur, je te regarde.
Ton cœur pur, je le vois.
Je le contemple sur ton visage,
Dans ton corps, dans tes gestes.
Le temps s’arrête quand je te contemple,
Mon cœur s’ouvre comme une grenade,
Je voudrais qu’un moment tu sois en moi,
Pour voir ta beauté par mes yeux,
Sentir comme elle me déchire de douceur.
Il n’y a plus personne.
Quand je te regarde, personne qui te ressemble.
Je te contemple et tout ce temps
Un chemin s’ouvre dans le monde.
Il est haut, très étroit, on dirait
Une entaille profonde le long d’un arbre
Une échelle pour le ciel.
Il fait si beau, si bleu,
Presque immobile je file
Dans la brise, la caresse.
Je te vois, homme d’indicible beauté,
Mais peut-être est-ce mon visage
Que je regarde en toi, qui te regarde en moi.

...

Alina Reyes

Voir les commentaires

Passion

30 Juillet 2016, 02:59am

Publié par vertuchou

Aussitôt la mort limite
Le temps, la lumière, le soir
Une petite feuille tombe
Le monde entier se meurt

Autour de ton corps
Tout prend la forme du néant :
C'est où finit ton corps
Que commence le ciel

Un ciel triste commence,
Jamais vu, jamais conçu,
Là où tu n'es pas,
Il te touche les cheveux.

Pier Paolo Pasolini

Voir les commentaires

Pochoir - Tachisme

29 Juillet 2016, 03:46am

Publié par vertuchou

Nicolas de Staël, Pochoir,-Tachisme 1959  NICHOLAS DE STAEL POCHOIR | TACHISME, 31,5 X 23, 5 cm, publié pour XX° siècle (N° 12) et imprimé pat Daniel Jacomet, 1959.

Nicolas de Staël, Pochoir,-Tachisme 1959 NICHOLAS DE STAEL POCHOIR | TACHISME, 31,5 X 23, 5 cm, publié pour XX° siècle (N° 12) et imprimé pat Daniel Jacomet, 1959.

Voir les commentaires

Dessein de quitter une dame qui ne le contentait que de promesse

28 Juillet 2016, 03:41am

Publié par vertuchou

Beauté, mon beau souci, de qui l’âme incertaine
A comme l’Océan son flux et son reflux :
Pensez de vous résoudre à soulager ma peine,
Ou je me vais résoudre à ne la souffrir plus.

Vos yeux ont des appas que j’aime et que je prise,
Et qui peuvent beaucoup dessus ma liberté :
Mais pour me retenir, s’ils font cas de ma prise,
Il leur faut de l’amour autant que de beauté.

Quand je pense être au point que cela s’accomplisse,
Quelque excuse toujours en empêche l’effet :
C’est la toile sans fin de la femme d’Ulysse,
Dont l’ouvrage du soir au matin se défait.

Madame, avisez-y, vous perdez votre gloire
De me l’avoir promis et vous rire de moi,
S’il ne vous en souvient vous manquez de mémoire,
Et s’il vous en souvient vous n’avez point de foi.

J’avais toujours fait compte, aimant chose si haute,
De ne m’en séparer qu’avecque le trépas,
S’il arrive autrement ce sera votre faute,
De faire des serments et ne les tenir pas.

François de Malherbe

Voir les commentaires

Qu'est-ce que la poésie ?

27 Juillet 2016, 03:01am

Publié par vertuchou

Qu'est-ce que la poésie ? Une pensée dans une image.

— Goethe

Voir les commentaires

Points de suspension

26 Juillet 2016, 03:35am

Publié par vertuchou

Amoureux des ponctuations
J'ouvre des parenthèses
Abuse des suspensions
Pour poser l'Hypothèse

J'explore chaque virgule
Je cherche entre les lignes
Puis j'interprète j'affabule
Je donne un sens aux signes

Ils me parlent de nous
Mais surtout d'un possible
Quand les mots se dénouent
Laissant voir l'invisible

Ce n'est que ma lecture
De notre partition
J'espère l'aventure
De l'allitération

Patrick Belloeil

Voir les commentaires

Sarabande

25 Juillet 2016, 03:33am

Publié par vertuchou

Marie Vermeulin interprète la "Sarabande" extrait de la Suite "Pour le piano" de Claude Debussy

Voir les commentaires

Tu vis en toutes les femmes

24 Juillet 2016, 03:19am

Publié par vertuchou

Car tu vis en toutes les femmes
et toutes les femmes, c'est toi
et tout l'amour qui soit, c'est moi
brûlant pour toi de mille flammes

Ton sourire tendre ou moqueur,
tes yeux, mon Styx ou mon Lignon,
ton sein opulent ou mignon
sont les seuls vainqueurs de mon cœur

et je mords à ta chevelure
longue ou frisée, en haut, en bas,
noire ou rouge et sur l'encolure
et là ou là – et quels repas !!

et je bois à tes lèvres fines
ou grosses, – à la Lèvre, toute !
et quelles ivresses en route,
diaboliques et divines !
car toute la femme est en toi
et de moi que tu multiplies
t'aime en toute Elle et tu rallies
en toi seule tout l'amour : Moi !

Paul Verlaine

Voir les commentaires

La femme nue, c'est le ciel bleu

23 Juillet 2016, 03:18am

Publié par vertuchou

La femme nue, c'est le ciel bleu. Nuages et vêtements font obstacle à la contemplation.

La beauté et l'infini veulent être regardés sans voiles. Au fond, c'est la même extase :

l'idée de l'infini se dégage du beau comme l'idée du beau se dégage de l'infini.

La beauté, ce n'est pas autre chose que l'infini contenu dans un contour.

Victor Hugo, Post-scriptum de ma vie

Voir les commentaires

La douceur

22 Juillet 2016, 03:16am

Publié par vertuchou

La douceur est
dans le creux de nos mains,
quand la paume
consent à la forme étrangère.
La douceur est
dans le ciel et sa voûte nocturne,
quand le lointain
à la terre s’accommode.
La douceur est
dans ta main et la mienne,
quand la proximité brusquement
nous enferme.
La mélancolie est
dans ton regard et le mien,
quand la pesanteur
nous accorde l’un à l’autre.

Hannah Arendt

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>