Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Articles avec #poetes d'aujourd'hui

Tristan et Yseut

3 Avril 2012, 05:30am

Publié par vertuchou

- Parle-moi, dit Yseut à Tristan.
- Je t'aime, dit Tristan à Yseut.
- Je sais. Mais c'est tout ? demanda Yseut.
- Je t'aime beaucoup, répondit Tristan.
- Mais encore ? insista Yseut.
- Je t'adore, ajouta Tristan.
- C'est attristant, pensa Yseut.

 

Michel Deville

Voir les commentaires

Poisson d'Avril

1 Avril 2012, 05:29am

Publié par vertuchou

Un poisson d'avril
Est venu me raconter
Qu'on lui avait pris
Sa jolie corde à sauter

C'était un cheval
Qui l'emportait sur son coeur
Le long du canal
Où valsaient les remorqueurs

Et alors un serpent
S'est offert comme remplaçant
Le poisson très content
Est parti à travers champs

Il sauta si haut
Qu'il s'est envolé dans l'air
Il sauta si haut
Qu'il est retombé dans l'eau.

 

Boris VIAN

Voir les commentaires

Fillette / Niña

26 Mars 2012, 05:54am

Publié par vertuchou

Tu nommes l'arbre, fillette
Et l'arbre croît, lent et plein
noyant les airs.
vert éblouissement,
jusqu'à ce que vert soit notre regard.

Tu nommes le ciel, fillette
Et le ciel bleu, le nuage blanc,
la lumière du matin,
se logent dans le coeur
jusqu'à devenir ciel et transparence.

Tu nommes l'eau, fillette
Et l'eau jaillit, je ne sais où,
elle baigne la terre noire,
reverdit la fleur, brille sur les feuilles
et nous change en humides vapeurs.

Tu ne dis rien, fillette
Et naît du silence
la vie dans une vague
de jaune musique;
sa houle dorée
nous élève vers des plénitudes,
nous rend à nous-mêmes, égarés.

Fillette qui me soulève et me ressuscite
Vague sans fin, sans limites, éternelle !

 

Octavio Paz

 

Nombras el árbol, niña.
Y el árbol crece, lento,
alto deslumbramiento,
hasta volvernos verde la mirada.

Nombras el cielo, niña.
Y la nubes pelean con el viento
y el espacio se vuelve
un transparente campo de batalla.

Nombras el agua, niña.
Y el agua brota, no sé dónde,
brilla en las hojas, habla entre las piedras
y en húmedos vapores nos convierte.

No dices nada, niña.
Y la ola amarilla;
la marea del sol,
en su cresta nos alza,
en los cuatro horizontes nos dispersa
y nos devuelve, intactos,
en el centro del día, a ser nosotros.


¡Niña que me levanta y resucita!
¡Ola sin fin, sin límites, eterna!

Voir les commentaires

Elle t’a demandé

23 Mars 2012, 05:37am

Publié par vertuchou

Une jeune fille t’a demandé : Qu’est-ce que la poésie ?
Tu voulais lui dire : C’est ce qui fait que tu existes, ô
Oui, que tu existes,
et que de crainte et d’émerveillement,
qui sont la preuve du miracle,
je sois si cruellement jaloux de la plénitude de ta beauté,
et que je ne puisse t’embrasser ni dormir avec toi,
et que moi, je n’aie rien, et que celui qui n’a rien à donner
doive chanter…

Mais tu ne lui as rien dit, tu as gardé le silence

 

Vladimir Holan

Voir les commentaires

D'ici là

19 Mars 2012, 05:53am

Publié par vertuchou

D'ici là

La blessure se sera cicatrisée

La souffrance diluée dans l’air

 

D’ici là nous aurons pris sacs et besaces

Débordant de poèmes à la traîne, blessés

 

D’ici là

Je dirai : « je suis en équilibre

Entre la beauté des choses

Et son autre face monochrome »

 

Comment l’appelait-on, déjà ?

ce grand écart sentimental

entre vivre et écrire ?



Franck Venaille

Voir les commentaires

Mélodie

16 Mars 2012, 05:15am

Publié par vertuchou

Tes yeux se posent dans mes yeux
Jamais ma vie n'a eu si forte attache
Jamais n'a-t-elle été autant ancrée en toi
Éperdument ancrée

A l'ombre de tes rêves, la nuit est venue,
Mon cœur d'anémone s'abreuve de vent,
Et je traverse, florissante les jardins
De ta paisible solitude

Else Lasker-Schüler

Voir les commentaires

Demain

12 Mars 2012, 05:27am

Publié par vertuchou

Âgé de cent-mille ans, j'aurais encore la force
De t'attendre, o demain pressenti par l'espoir.
Le temps, vieillard souffrant de multiples entorses,
Peut gémir: neuf est le matin, neuf est le soir.

Mais depuis trop de mois nous vivons à la veille,
Nous veillons, nous gardons la lumière et le feu,
Nous parlons à voix basse et nous tendons l'oreille
A maint bruit vite éteint et perdu comme au jeu.

Or, du fond de la nuit, nous témoignons encore
De la splendeur du jour et de tous ses présents.
Si nous ne dormons pas c'est pour guetter l'aurore
Qui prouvera qu'enfin nous vivons au présent.


Robert Desnos

Voir les commentaires

Je t’offre un verre d’eau glacée

9 Mars 2012, 05:35am

Publié par vertuchou

   Je t’offre un verre d’eau glacée
N’y touche pas distraitement
Il est le prix d’une pensée
      Sans ornement
 
Tous les plaisirs de l’amitié
Combien cette eau me désaltère
Je t’en propose une moitié
      La plus légère
 
Regarde Je suis pur et vide
Comme le verre où tu as bu
Il ne fait pas d’être limpide
      Une vertu
 
Plus d’eau Mais la lumière sage
Donne à mon présent tout son prix
Tel, un poète où Dieu s’engage
      Et reste pris

 

Odilon Jean-Périer

 

 

 


Voir les commentaires

Amnésie partielle

5 Mars 2012, 05:22am

Publié par vertuchou

Dans la lumière pâle des matinées striées de velours,

Dans l'air chaud et las qui pèse sur les rues de la ville,

Dans la dentelle des nuages bleutés languissants au creux du firmament,

Dans l'immensité du ciel offert derrière la fenêtre,

Dans la poussière qui danse avec grâce sous les assauts des vents millénaires,

Dans l'horizon qui engloutit lune et soleil jour après jour, nuit après nuit,

Dans les hurlements de chaque gorge, de chaque poumon, qui s'échouent contre les murs blancs,

Dans chaque mot tu, dans chaque silence qui emplit les paupières,

 

Partout, ton absence.

 
Plus que tout, ton absence.

 
Béatrice Gueritault

Voir les commentaires

Voyageur, il n'y a pas de chemin / Caminante no hay camino

1 Mars 2012, 05:45am

Publié par vertuchou

Voyageur, le chemin
C'est les traces de tes pas
C'est tout ; voyageur,
il n'y a pas de chemin,
Le chemin se fait en marchant
Le chemin se fait en marchant
Et quand tu regardes en arrière
Tu vois le sentier que jamais
Tu ne dois à nouveau fouler
Voyageur ! Il n'y a pas de chemins
Rien que des sillages sur la mer.

Antonio Machado

Caminante, son tus huellas
el camino y nada más;
Caminante, no hay camino,
se hace camino al andar.
Al andar se hace el camino,
y al volver la vista atrás
se ve la senda que nunca
se ha de volver a pisar.
Caminante no hay camino
sino estelas en la mar.

Voir les commentaires