Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Articles avec #poetes d'aujourd'hui

Attente

27 Août 2016, 03:45am

Publié par vertuchou

Ne pas pouvoir dormir manger peu
commencer à parler tout seul
ne pas oser aller dans certains lieux
où l’on alla ensemble
revenir à la maison en espérant trouver
un mot de toi
à chaque bruit des escaliers
imaginer que c’est toi
penser à toi tout le jour
et une partie de la nuit
contracter les mâchoires désormais depuis
plus d’un mois
me surprendre la nuit à sourire
en parlant avec toi, qui
n’es pas là

Carlo Bordini

Voir les commentaires

L'accent circonflexe et la petite cédille

23 Août 2016, 03:39am

Publié par vertuchou

Entre deux vers
D'un long poème
D'un poème fort ennuyeux
La cédille aux yeux de verveine
qui nattait ses jolis cheveux
rencontra l'accent circonflexe
Curieuse quoiqu'un peu perplexe
Sans moi vous l'eussiez deviné
Elle lui dit pour commencer
Quel bizarre chapeau que le vôtre
Seriez-vous par hasard gendarme ou polytechnicien
Et que faites-vous donc sur le front des apôtres
Est-ce vous la colombe ou la fumée du train
Je suis je suis gentille cédille
Le S escamoté des mots de l'autrefois
C'est à l'hostellerie qu'on emmenait les filles
Le S a disparu me voici sur le toit
Et toi que fais-tu cédille
A traîner derrière les garçons
Sont-ce là d'honnêtes façons
N'es-tu point de bonne famille
Accent bel accent circonflexe
Voilà toute ma vérité
Je t'aime et pour te le prouver
Je fais un S avec un C

Jean-Pierre Rosnay

Voir les commentaires

Séparation

19 Août 2016, 03:54am

Publié par vertuchou

Le chemin devant moi,

En pente et vespéral.

Hier encore, amoureux,

Il suppliait : « N’oublie pas ».

Aujourd’hui, seuls les vents,

Le cri des bergers, et

Le mouvement des cèdres

Près des sources pures.

Saint-Pétersbourg, Printemps 1914

Anna Akhmatova

Voir les commentaires

Amour, je ne viens pas dénouer vos cheveux

15 Août 2016, 03:11am

Publié par vertuchou

Amour, je ne viens pas dénouer vos cheveux.
Déserte, toute armée, inutile étrangère,
Je vous laisse debout dans un peu de lumière
Et je garde ce corps pur et mystérieux.

Mais pardonnerez-vous ce merveilleux ouvrage ?
Vous perdez un trésor à suivre mon conseil.
- Comme une eau solitaire où descend le soleil
Renonce pour tant d'or aux plus beaux paysages,

Ainsi les mouvements, les ruses de la vie,
Ces faiblesses, ces jeux, cette douce agonie,
Vous n'en connaîtrez pas le redoutable prix.

Toute pure à jamais mais toute prisonnière,
Vous resterez debout comme un peu de lumière,
Sans vivre, sans mourir, dans les vers que j'écris.

Odilon-Jean Périer

Voir les commentaires

Quand arrive l'oubli

11 Août 2016, 04:30am

Publié par vertuchou

Cette femme aimante
Cette femme à la chair souffrante
Me regarde tristement
Me supplie tendrement.

L'oubli s'installe
L'oubli l'avale
Implacable
Irréparable.

La douleur m'assaille
Celle que j'aime
Celle à qui je dois la vie
Ne me reconnaît plus.

Je n'existe plus
Pour celle qui m'a allaité
Pour celle qui m'a dorloté
L'oubli l'a attaquée.

Implacable destin
Irréparable fin
Pour celle qui a tant donné
Pour celle qui a tant aimé !

Jacques Rancourt

Voir les commentaires

Descendre au jardin

9 Août 2016, 04:08am

Publié par vertuchou

Il avait si peur de la nuit
qu’il courut s’abriter
dans le verger
et la nuit le suivait.
Il sauta le ruisseau,
traversa la forêt
et la nuit le touchait.
Il se blottit dans le gîte d’un lièvre.
Tout près, tout près,
la nuit contre lui tremblait.
Il s’enferma dans le bleu d’une étoile,
dans le cri d’une effraie
et tendrement la nuit l’embrassait.

Alors, il ferma les yeux à demi
et la nuit fut en lui.

André Rochedy

Voir les commentaires

Qu’ils meurent tous

7 Août 2016, 04:19am

Publié par vertuchou

Quoi qu’on écrive tout est futile emporté
Dans le grand courant, laissez-les faire à leur guise
Dans une grande explosion
Tous les humains du monde
Qu’ils deviennent des graillons noircis
Et qu’ils meurent tous dit-elle,
fixant un point de ses yeux vides
Du fond de ses yeux, sans fin, les larmes coulaient
Moi incapable
de rien dire en silence je pleurais

Shinoe Shôda

Voir les commentaires

Écoute

3 Août 2016, 02:59am

Publié par vertuchou

je vole dans les nuits
les roses de ta bouche,
afin qu'aucune femelle ne puisse y boire.

Celle qui t'enlace
me dépouille de mes frissons,
ceux que j'avais peint sur tes membres.
je suis la bordure de route
qui t'effleure,
te jette à terre.

Sens-tu ma vie autour
partout
comme un bord lointain ?

Else Lasker-Schüler

Voir les commentaires

Passion

30 Juillet 2016, 02:59am

Publié par vertuchou

Aussitôt la mort limite
Le temps, la lumière, le soir
Une petite feuille tombe
Le monde entier se meurt

Autour de ton corps
Tout prend la forme du néant :
C'est où finit ton corps
Que commence le ciel

Un ciel triste commence,
Jamais vu, jamais conçu,
Là où tu n'es pas,
Il te touche les cheveux.

Pier Paolo Pasolini

Voir les commentaires

Points de suspension

26 Juillet 2016, 03:35am

Publié par vertuchou

Amoureux des ponctuations
J'ouvre des parenthèses
Abuse des suspensions
Pour poser l'Hypothèse

J'explore chaque virgule
Je cherche entre les lignes
Puis j'interprète j'affabule
Je donne un sens aux signes

Ils me parlent de nous
Mais surtout d'un possible
Quand les mots se dénouent
Laissant voir l'invisible

Ce n'est que ma lecture
De notre partition
J'espère l'aventure
De l'allitération

Patrick Belloeil

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>