Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Nos songes nous rassemblent

30 Septembre 2011, 05:16am

Publié par vertuchou

Nos songes nous rassemblent,

Nous y croisons beauté,

Extase et volupté.

Alors, pareil au semeur

Je place en votre sein

La graine fertile,

Et sa virgule de lumière

Pour y pérenniser

L’hymne du libre amour,

Qui insuffle la vie

Aux jachères du désert.



Michel Bénard

Voir les commentaires

Que sera, sera

29 Septembre 2011, 05:09am

Publié par vertuchou

When I was just a little girl
I asked my mother
What will I be?
Will I be pretty?
Will I be rich?
Here's what she said to me:

Que sera, sera.
Whatever will be, will be.
The future's not ours to see.
Que sera, sera.
What will be, will be.

When I grew up and fell in love
I asked my sweetheart
What lies ahead?
Will we have rainbows
Day after day?
Here's what my sweetheart said:

Que sera, sera.
Whatever will be, will be.
The future's not ours to see.
Que sera, sera.
What will be, will be.

Now I have children of my own.
They ask their mother,
What will I be?
Will I be handsome?
Will I be rich?
I tell them tenderly:

Que sera, sera.
Whatever will be, will be.
The future's not ours to see.
Que sera, sera.
What will be, will be.
Que sera, sera.

 

 

paroles de  Ray Evans, musique de  Jay Livingston

 

 

Voir les commentaires

Building Blocks

28 Septembre 2011, 06:05am

Publié par vertuchou

Kumi-Yamashita_Building-Blocks_1997_Bois--lumiere-et-ombre.jpg

 

Kumi Yamashita

Building Blocks

1997

 

Bois, lumière et ombre

H 230 cm

Voir les commentaires

Dès que tu entres dans ma chambre

27 Septembre 2011, 06:00am

Publié par vertuchou

Dès que tu entres dans ma chambre   
tu la fais se tourner vers le soleil.
Le front sur toi de la plus faible lueur
et c'est tout le ciel qui t'enjambe.

 Pour que mes mains puissent te toucher
il faut qu'elles se fraient un passage
à travers les blés dans lesquels tu te tiens,
avec toute une journée de pollen sur la bouche.

 

Marija

 

Nue, tu te jettes dans ma nudité
comme par une fenêtre
au-delà de laquelle le monde n'est plus
qu'une affiche qui se débat dans le vent.

Tu ne peux pas aller plus loin que mon corps
qui est contre toi comme un mur.
Tu fermes les yeux pour mieux suivre les chemins
que ma caresse trace sous ta peau.

 Lucien Becker 

Voir les commentaires

Chaque matin

26 Septembre 2011, 06:00am

Publié par vertuchou

Chaque matin, tu délivres
le trésor jadis gardé
par un marin aveugle
aux yeux brûlés
par la folie des dieux
leur vengeance inassouvie

Chaque matin ton corps
enveloppé de bandelettes
révèle les mantras sacrés
recueillis durant
tes nuits meurtries
par la ronde des mots

Chaque matin je recueille
à travers le tamis de la vie
tes mots consacrés
par la pluie fertile
ruisselant sur ton corps
meutri

Chaque matin, je m'en remets

à toi...

Voir les commentaires

Sicut erat in principio

25 Septembre 2011, 06:22am

Publié par vertuchou

 

 

 


 
  Jean-Sébastien Bach

(1685-1750)

 

Cantate "Gloria In excelsis Deo", BWV 191

vers 1740

III. Sicut erat in principio.

Voir les commentaires

Ballade pour Roger

24 Septembre 2011, 05:11am

Publié par vertuchou

Roger:
Je peux plus dormir
Je peux plus rêver
Je suis pas sur demain de me réveiller
On a beau me dire tout ce qu'on voudra
Je ne suis pas sur que deman le jour se levera

Je peux plus dormir
Je peux plus rêver
Tant qu'un ami ou un amour seront enfermes
Tant qu'on laissera une innocence
Derierre les barreaux de la loi du silence

Je peux plus dormir
Je veux pas me coucher
Je veux résister jusqu'a ce que je vois le ciel s'éclaircir
Encore une nuit pass?e seul
A réfléchir
A ne plus supporter
De voir sa gueule dans le miroir de la solitude

Roger:
J'ai jamais tiré sur personne
J'ai voulu etre un perdant qui gagne
20 ans de prison
Encore 10 ans suspendus au dessus de ma tete
Je ne sais meme plus si je suis vivant ou mort


Marie:
En te perdant j'ai perdu mon ame
Nul etre ne m'a fait source d'autant de bonheur
Te souviens tu de ces routes d'italie
Quand je m'allongeais sur toi regardant le ciel
Et que tu conduisais heureux ton corps chaud contre le mien

Roger:
Réemprisonner depuis 2 ans je tourne dans ma cellule
Jusqu'a épuisement
Le sentiment d'etre né en captivité
De ne plus rien ressentir

Marie:
Je veux pas perdre ta main
Je veux pas qu'on nous sépare
Je veux pas que mon enfant meurt a force de d?sespoir

Roger:
S'il faut dormir ne plus rêver

Marie:
C'est long d'être sans toi c'est difficile ? vivre

Roger:
Se reposer oublier chaque jour qui s'en va

Marie:
Je voudrais briser ta cage

Roger:
Je veux bien dormir entre tes bras

Marie:
Ecarter tes barreaux

Roger:
Fermer les yeux pour mieux sentir

Marie:
Je voudrais que tu vives

Roger:
Fermer les yeux pour mieux sentir ton coeur
Qui bat.

 

paroles de Marie Rivière, Roger Knobelspiess  et Jacques Higelin

musique de Jacques Higelin

 

 

Voir les commentaires

Un classique

23 Septembre 2011, 05:00am

Publié par vertuchou

Un classique est un livre qui n’a jamais fini

de dire ce qu’il a à dire


Italo Calvino

Voir les commentaires

Autoportrait

22 Septembre 2011, 05:03am

Publié par vertuchou

delacroix-autoportrait.jpg

 

Autoportrait
(vers 1816)


Eugène Delacroix
 1798-1863
       huile sur toile        
50, 5 cm x 60, 5 cm

Voir les commentaires

Rappelle toi

21 Septembre 2011, 05:45am

Publié par vertuchou

Rappelle-toi, quand l’Aurore craintive
Ouvre au Soleil son palais enchanté ;
Rappelle-toi, lorsque la nuit pensive
Passe en rêvant sous son voile argenté ;
A l’appel du plaisir lorsque ton sein palpite,
Aux doux songes du soir lorsque l’ombre t’invite,
Ecoute au fond des bois
Murmurer une voix :
Rappelle-toi.

Rappelle-toi, lorsque les destinées
M’auront de toi pour jamais séparé,
Quand le chagrin, l’exil et les années
Auront flétri ce coeur désespéré ;
Songe à mon triste amour, songe à l’adieu suprême !
L’absence ni le temps ne sont rien quand on aime.
Tant que mon coeur battra,
Toujours il te dira
Rappelle-toi.

Rappelle-toi, quand sous la froide terre
Mon coeur brisé pour toujours dormira ;
Rappelle-toi, quand la fleur solitaire
Sur mon tombeau doucement s’ouvrira.
Je ne te verrai plus ; mais mon âme immortelle
Reviendra près de toi comme une soeur fidèle.
Ecoute, dans la nuit,
Une voix qui gémit :
Rappelle-toi.

Alfred de Musset

(Vergiss mein nicht)
(Paroles faites sur la musique de Mozart)

Voir les commentaires

1 2 3 > >>