Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

je suis un mensonge...

31 Octobre 2011, 05:59am

Publié par vertuchou

Cocteau.peg.jpeg

 

Jean Cocteau

Voir les commentaires

Pour que l'amour me quitte

30 Octobre 2011, 05:58am

Publié par vertuchou

 

 


 

 

 Pour que l'amour me quitte 


Enzo Pietropaoli Quartet


 

Voir les commentaires

La parole

29 Octobre 2011, 05:30am

Publié par vertuchou

J'ai la beauté facile et c'est heureux.

Je glisse sur les toits des vents

Je glisse sur le toit des mers

Je suis devenue sentimentale

Je ne connais plus le conducteur

Je ne bouge plus soie sur les glaces

Je suis malade fleurs et cailloux

J'aime le plus chinois aux nues

J'aime la plus nue aux écarts d'oiseau

Je suis vieille mais ici je suis belle

Et l'ombre qui descend des fenêtres profondes

Épargne chaque soir le coeur noir de mes yeux.


Paul ÉLUARD

Voir les commentaires

Un poète

28 Octobre 2011, 06:18am

Publié par vertuchou

Un poète doit être toujours amoureux jusqu'à la dernière minute de sa vie

Pablo Neruda

Voir les commentaires

Les yeux ouverts

27 Octobre 2011, 05:51am

Publié par vertuchou

Ce souvenir, je te l'rends
Des souvenirs tu sais, j'en ai tellement
Puisqu'on repart toujours à zéro
Pas la peine de s'charger trop

Ce souvenir je te l'prends
Des souvenirs comme ça, j'en veux tout l'temps
Si par erreur la vie nous sépare
Je l'sortirai d'mon tiroir

J'rêve les yeux ouverts, ça m'fait du bien
Ça n'va pas plus loin
J'veux pas voir derrière puisque j'en viens
Vivement demain

Mon bonheur te ressemble
Tous les deux vous allez bien ensemble
J'te l'dirai jamais, jamais assez
Tout c'que tu fais m'fait d'l'effet

J'rêve les yeux ouverts, ça m'fait du bien
Ça n'va pas plus loin
J'veux pas voir derrière puisque j'en viens
Vivement demain

Un dernier verre de sherry
De chéri mon amour, comme je m'ennuie
Tous les jours se ressemblent à présent
Tu me manques terriblement..

 

 Enzo Enzo

 

 

Voir les commentaires

Qu'il connaît qu'on feint de l'aimer

26 Octobre 2011, 10:07am

Publié par vertuchou

Sonnet

Elle feint de m'aimer, pleine de mignardise,
Soupirant après moi, me voyant soupirer,
Et par de feintes pleurs témoigne d'endurer
L'ardeur que dans mon âme elle connaît éprise.

Le plus accort amant, lorsqu'elle se déguise,
De ses trompeurs attraits ne se peut retirer :
Il faut être sans coeur pour ne point désirer
D'être si doucement déçu par sa feintise.

Je me trompe moi-même au faux bien que je vois,
Et mes contentements conspirent contre moi.
Traîtres miroirs du coeur, lumières infidèles,

Je vous reconnais bien et vos trompeurs appas :
Mais que me sert cela, puisqu'Amour ne veut pas,
Voyant vos trahisons, que je me garde d'elles ?

Honoré d'Urfé

Voir les commentaires

Les couplets de Folies

25 Octobre 2011, 06:05am

Publié par vertuchou

 

 

 

Marin Marais (1656 - 1728)

 

Les couplets de Folies

 

(Livre de Pièces de Viole)

 

Soliste :  Philippe Foulon

Orchestre:  & Lacrimæ Consort

 

Voir les commentaires

Il n'y a pas d'oubli

24 Octobre 2011, 06:10am

Publié par vertuchou

Si vous me demandez où j'étais
je dois dire : « Il arrive que ».
Je dois parler du sol que les pierres obscurcissent,
du fleuve qui en se prolongeant se détruit :
je ne connais que les choses perdues par les oiseaux,
la mer laissée en arrière, ou ma soeur qui pleure.
Pourquoi tant de régions. pourquoi un jour
se joint-il à un jour ? Pourquoi une nuit noire
s'accumule-t-elle dans la bouche ? Pourquoi des morts ?
Si vous me demandez d'où je viens, je dois parler
avec les choses brisées,
avec des ustensiles trop amers,
avec de grandes bêtes souvent pourries
et avec mon coeur tourmenté.

Ce ne sont pas les souvenirs qui se sont croisés
ni la colombe jaunâtre qui dort dans l'oubli,
mais des visages avec des larmes,
des doigts dans la gorge,
et ce qui s'effondre des feuilles :
l'obscurité d'un jour écoulé,
d'un jour nourri de notre triste sang.

Voici des violettes, des hirondelles,
tout ce que nous aimons et qui figure
sur de douces cartes à longue traîne
où se promènent le temps et la douceur.
Mais ne pénétrons pas au-delà de ces dents,
ne mordons pas aux écorces que le silence accumule,
car je ne sais que répondre :
il y a tant de morts,
et tant de jetées que le soleil rouge transperçait,
et tant de têtes qui frappent les bateaux
et tant de mains qui ont enfermé des baisers,
et tant de choses que je veux oublier

Pablo Neruda

Voir les commentaires

Messenger

23 Octobre 2011, 06:12am

Publié par vertuchou

Messenger_Alan-Mac-Donald.jpg

 

 
Alan Mac Donald

Messenger


huile sur lin

60 cm x 80cm

Voir les commentaires

le poème, seul

22 Octobre 2011, 06:07am

Publié par vertuchou

Le poème, seul, est en chemin, dans le secret de la rencontre.

 

Paul CELAN

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>