Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Articles avec #emois

Quoique je te perde de vue

9 Avril 2017, 02:57am

Publié par vertuchou

Quoique je te perde de vue à travers les arbres, je n'ai pas besoin de te voir
pour te retrouver ; quelque chose de toi que je ne puis dire reste pour moi
dans l'air où tu passes, sur l'herbe où tu t'assieds.
Lorsque je t'approche, tu ravis tous mes sens. L'azur du ciel est moins beau
que le bleu de tes yeux; le chant des bengalis, moins doux que le son de ta voix.
Si je te touche seulement du bout du doigt, tout mon corps frémit de plaisir.

Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie

Voir les commentaires

Tu pourrais dormir avec moi

1 Avril 2017, 03:39am

Publié par vertuchou

- Tu pourrais dormir avec moi cette nuit ? proposa alors le jeune homme.

Demain tu  ne travailles pas…

Il saisit sa main petite et froide et la porta à ses lèvres. Il regardait tout à coup  sa bien-aimée comme un être vulnérable qu’il fallait aimer plus que tout au monde. Sonia s’est hissée sur la pointe des pieds et l’embrassait dans le cou. Elle était si menue et lui si grand, si massif, qu’ils auraient dû avoir du mal à marcher l’un contre l’autre, et pourtant leurs pas s’ajustaient à merveille.

 

Sophie Avon, Les amoureux

Voir les commentaires

Quand tu liras ce papier

24 Mars 2017, 02:44am

Publié par vertuchou

Quand tu liras ce papier, mon ange, je ne serai pas auprès de toi, je ne serai pas là pour te dire : pense à moi !

Je veux que ce papier te le dise. Je voudrais que dans ces lettres tracées pour toi tu puisses trouver tout ce qu’il y a dans mes yeux, tout ce qu’il y a sur mes lèvres, tout ce qu’il y a dans mon coeur, tout ce qu’il y a dans ma présence quand je te dis : je t’aime !

 Je voudrais que cette lettre entrât dans ta pensée comme mon regard, comme mon souffle, comme le son de ma voix pour lui dire à cette charmante pensée que j’aime : n’oublie pas !

Tu es ma bien-aimée, ma Juliette, ma joie, mon amour, depuis trois ans bientôt ! Ecris-moi quand je ne suis pas là, parle-moi quand je suis là, aime-moi toujours !


                                      Victor Hugo

Voir les commentaires

J’ai besoin d’elle

16 Mars 2017, 03:17am

Publié par vertuchou

J’ai besoin d’elle, la vie en son absence n’a aucun intérêt, tout devient ennuyeux, ridicule, agaçant. Je suis malheureux de savoir qu’elle parvient à respirer loin de moi, qu’elle peut parfaitement se passer de ma présence alors que moi je ne parviens à me passer de la sienne qu’avec les pires difficultés. […]

 Je continue de croire qu’un jour quelque chose va arriver entre elle et moi. Je sais que c’est écrit. Tous les fleuves coulent vers la mer. Simplement, je ne sais pas quand la chose se passera, peut-être dans un mois, peut-être dans dix ans. Les existences sont animées par des moteurs aux soubresauts étranges et aux développements non prédictibles.

Marc Pautrel, Polaire

Voir les commentaires

Fragile, j'ai froid sans toi

28 Février 2017, 03:29am

Publié par vertuchou

Fragile, j'ai froid sans toi, j'ai faim de nous,

je ne respire que pour t'aimer, ma peau est jeune,

le temps s'en fout et court encore, l'amour affleure sur mon corps,

rêves de ta vie, mon île, mon étoile,

mes mots doux déshabillent tes instants, fragile, j'ai froid sans toi et faim de nous."

Carole Riquet

Voir les commentaires

Qu'il me baise des baisers de sa bouche

20 Février 2017, 02:58am

Publié par vertuchou

Qu'il me baise des baisers de sa bouche.

Tes amours sont plus délicieuses que le vin ; l'arôme de tes parfums est exquis ;

ton nom est une huile qui s'épanche, c'est pourquoi les jeunes filles t'aiment.

Entraîne-moi sur tes pas, courons ! Le roi m'a introduite en ses appartements,

tu seras notre joie et notre allégresse.

Nous célébrerons tes amours plus que le vin; comme on a raison de t'aimer !

- Cantique des cantiques (traduction la Bible de Jérusalem).

Voir les commentaires

Vois-tu, notre amour est né

13 Février 2017, 02:16am

Publié par vertuchou

Vois-tu, notre amour est né d'une rencontre, du choc de nos regards,
de l'appel de nos chairs. Nous nous sommes frôlés pendant des jours
et des jours et chacun de nous avait l'intention qu'il fallait persévérer,
que le bonheur était là dans la fusion de nos deux êtres.
Nous nous sommes donnés avant de nous connaître et l'avenir nous a donné raison.
Depuis que nous sommes amants, nous n'avons jamais eu que de la joie ensemble
et notre possession mutuelle nous apporte des extases infinies.
Oui, restons nous deux, mon cher amour, rien que nous deux.

Mademoiselle S  Lettres d'amour

Voir les commentaires

Vois-tu, notre amour

5 Février 2017, 03:35am

Publié par vertuchou

Vois-tu, notre amour est né d'une rencontre, du choc de nos regards,

de l'appel de nos chairs. Nous nous sommes frôlés pendant des jours

et des jours et chacun de nous avait l'intention qu'il fallait persévérer,

que le bonheur était là dans la fusion de nos deux êtres.

Nous nous sommes donnés avant de nous connaître

et l'avenir nous a donné raison.

Depuis que nous sommes amants, nous n'avons jamais eu

que de la joie ensemble et notre possession mutuelle

nous apporte des extases infinies.

Oui, restons nous deux, mon cher amour, rien que nous deux.


Mademoiselle S  Lettres d'amour

Voir les commentaires

Doux est l’amour

28 Janvier 2017, 03:48am

Publié par vertuchou

 Doux est l’amour, mais plus doux encore pour moi d’être en toi.

À l’heure où tu t’abandonnes, où tremblent les nerfs de ton cou. À l’heure où tu te perds en moi et où je maîtrise ta perte.

Toi, mer passive et passionnée, éternelle autant qu’éphémère au gré de tes humeurs, ruisselets, ravin où chantent des perdrix avec leurs griffes toutes rouges, toi et moi.


—      Vassilis Vassilikos

Voir les commentaires

Mon amour

21 Janvier 2017, 03:26am

Publié par vertuchou

Mon amour

Il y a une source de soleil, ruisselante, qui éclaboussera votre corps de lumière.
L’étoffe lourde et soyeuse de ses rayons ardents qui enrobera votre éblouissante nudité.
Il y aura vos regards humides, troubles comme l’étang, étincelants de clarté noire
votre chevelure affolée de lueurs, votre chevelure comme l’olivier en flammes
votre bouche écarlate, affamée, entrouverte sur la morsure à fleur de dents
et ce sourire obsédant d’enfant tourmenté
cette brûlure fulgurante du plaisir, qui vous déchire la peau et vous dévore les membres…

Je serai là
...
Jacques Higelin, Lettres d'amour d'un soldat de vingt ans

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>