Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Articles avec #poetes d'aujourd'hui

Pardonne-moi

26 Avril 2013, 05:14am

Publié par vertuchou

Pardonne-moi, ô mon Amour,
Si mes yeux pleins de toi ne te voient pas encore,
Si je m’éveille en ta splendeur,
Sans la comprendre, comme une fleur
S’éveille dans l’aurore ;

Pardonne-moi si mes yeux aujourd’hui
Ne te distinguent de la lumière,
S’ils ne séparent ton sourire
De leurs pleurs éblouis.

Pardonne-moi, si je l’écoute
Sans t’entendre, et ne sais pas
Si c’est toi, mon amour, qui parles,
Ou mon cœur qui gémit tout bas ;

Pardonne-moi, si tes paroles
Autour de mes oreilles volent,
Comme des chants dans les airs bleus,
Ou l’aile du vent dans mes cheveux.

Pardonne-moi, si je te touche
Dans le soleil, ou si ma bouche,
En souriant, sans le savoir,
T’atteint dans la fraîcheur du soir;

Pardonne-moi, si je crois être
Près de toi-même où tu n’es pas,
Si je te cherche, lorsque peut-être
C’est toi qui reposes dans mes bras.

Charles Van Lerberghe

Voir les commentaires

En essayant

23 Avril 2013, 05:50am

Publié par vertuchou

En essayant de te donner toutes les heures
j’ai coupé les heures en mille morceaux pour te donner plus
j’ai ouvert le cœur du temps et je l’ai fait caresse
grimace de lumière pour tes yeux, ma petite agonie.
J’ai cheminé, comme un possédé, tous les chemins
sans compter les pas, sans rêver aucun rêve
parce que tout était pour provoquer un sourire,
une entaille heureuse sur la face sombre de l’amour.
Et toi parfois tu riais et tu comptais pour mon bien
des baisers énormes que je te donnais tandis que tu dormais
des caresses pleines d’ivresse, gauche sueur insondable.
Et dans tes fragiles rêves moi j’étais un homme qui chemine,
quelqu’un qui n’arriverait jamais nulle part,
un amant sans perles, un collier invisible.


Miguel Oscar Menassa,

Voir les commentaires

Une salve d’avenir

19 Avril 2013, 05:48am

Publié par vertuchou

J’ai ancré l’espérance
Aux racines de la vie

Face aux ténèbres
J’ai dressé des clartés
Planté des flambeaux
A la lisière des nuits

Des clartés qui persistent
Des flambeaux qui se glissent
Entre ombres et barbaries

Des clartés qui renaissent
Des flambeaux qui se dressent
Sans jamais dépérir

J’enracine l’espérance
Dans le terreau du cœur
J’adopte toute l’espérance
En son esprit frondeur.

Andrée Chedid

Voir les commentaires

La gare

16 Avril 2013, 05:17am

Publié par vertuchou

Ma non-arrivée dans la ville N
s'est passée à l'heure ponctuelle

Je te l’avais annoncé
par une lettre non envoyée.

Tu as eu tout le temps
de ne pas arriver à l'heure

Le train est arrivé quai trois
un flot de gens est descendu.

 

La foule en sortant emporta
l’absence de ma personne

Quelques femmes s’empressèrent
de prendre ma place dans la foule

Quelqu'un que je ne connaissais pas
courut vers une d'entre elles
qui la reconnut immédiatement.

Ils échangèrent un baiser
qui n’était pas pour nos lèvres.
Entre temps une valise disparut
qui n'était pas la mienne

La gare de la ville N a passé
son examen d’existence objective

Tout était parfaitement en place
et chaque détail avancait
sur des rails infiniment bien tracés.

Même le rendez-vous a eu lieu.

Mais sans notre présence.

Au paradis perdu
de la probabilité

Ailleurs
ailleurs.
Combien résonnent ces mots.

 

Wislawa Szymborska

Voir les commentaires

La nuit me parle de toi

13 Avril 2013, 05:13am

Publié par vertuchou

La nuit me parle de toi
elle ne me donne pas de rêves
pleins de femmes transparentes
mais elle m'apporte ton image
afin que ton absence
ne m'étrangle pas tout à fait.

 Elle voit avec scandale
que je n'ai pas ton corps dans mes bras
et elle allonge près de moi
le fantôme de ta peau.

 Elle me dit
qu'à force de t'aimer tu m'aimeras
et qu'ainsi cessera ma longue insomnie
sur ta présence réelle
et sur ton vrai sang.

Il le faut

Il  le faut
il le faudra un jour

Nous saurons inventer
Tout sera pur comme l'hiver

Personne n'aura su avant nous.
Nos craintes seront plus douces qu'une ombre blanche.

Ce sera comme si nous avions invité
d'invisibles colombes
à voler avec nous.

Ce sera comme si nous habitions le feu de leurs ailes
avant de ne plus savoir
qui nous sommes l'un de l'autre.

Alain Borne

 

Voir les commentaires

Éloge du lointain

9 Avril 2013, 05:11am

Publié par vertuchou

 

Dans la source de tes yeux
vivent les nasses des pêcheurs de la mer délirante.
Dans la source de tes yeux
la mer tient sa parole.

J’y jette,
cœur qui a séjourné chez des humains,
les vêtements que je portais et l’éclat d’un serment:

Plus noir au fond du noir, je suis plus nu.
Je ne suis, qu’une fois renégat, fidèle.
Je suis toi, quand je suis moi.

Dans la source de tes yeux
je dérive et rêve de pillage.

Une nasse a capturé dans ses mailles une nasse:
nous nous séparons enlacés.

Dans la source de tes yeux
un pendu étrangle la corde.

 

Paul Célan

Voir les commentaires

L'Amour à double tranchant

5 Avril 2013, 05:51am

Publié par vertuchou

Qui au monde s'indiffère de l'amour ?
Cela existe ? Voyez donc cette force
Enfler, brûler, dompter le coeur des hommes
Et le rendre plus lourd, et lui faire entorse
Dont la douleur vient prendre la forme
D'une lame argentée dont le double tranchant
Pourrait venir couper la tige de l'espoir
Où cultiver le fruit de votre doux penchant
Mais ce que l'amour choisit, il vous faut le croire,
Changera votre vie, marquera les mémoires
Et pour peu qu'elle vous lie à votre bel amant
Remerciez-le sans bruit mais avec émouvance
Car viendra la naissance, que commence la danse
Du pouvoir de l'amour, du pouvoir de toujours.

 

Justine Daband

Voir les commentaires

Jamais plus / Nunca mais

2 Avril 2013, 05:13am

Publié par vertuchou

Jamais plus

Tu marcheras dans les chemins de la nature

 

Jamais plus tu ne pourras sentir

Invulnérable, réelle et dense -

Pour toujours perdu

Ce que plus que tout tu as cherché

La plénitude de chaque présence.

 

Et ce sera toujours le même rêve, la même absence

 

                                   _____

 

 

Nunca mais

Caminharás nos caminhos naturais.

 

Nunca mais te poderás sentir

Invulnerável, real e densa -

Para sempre está perdido

O que mais do que tudo procuraste

A plenitude de cada preseça.

 

E será sempre o mesmo sonho, a mesma ausência.

 
   
Sophia Mello Breyner Andresen

Voir les commentaires

À la mort

30 Mars 2013, 04:56am

Publié par vertuchou

Tôt ou tard tu viendras – pourquoi pas maintenant ?
Je suis en grand malheur et je t’appelle.
ma lumière est éteinte, mon portrait est béant -
Pour toi si simple et si belle.
Tu peux prendre la forme qui te convient :
flèche empoisonnée, trouant le vide,
bandit, assomme-moi sur le chemin.
Emporte-moi fièvre typhoïde.
Ou bien encore – ta belle invention,
pour tous, à en vomir, banale ;
Qu’un képi bleu entre dans ma maison,
guidé par le concierge pâle.
Tout m’est égal. Ienisseï bouillonnant,
L’étoile polaire brille sur moi.
Et l’éclat bleu des yeux que j’aime tant
se voile d’un ultime effroi.

Anna Akhmatova

Voir les commentaires

J’ai en moi comme une brume

24 Mars 2013, 05:07am

Publié par vertuchou

Oui, j’ai en moi comme une brume
Qui n’est rien et qui ne détient
La saudade d’aucune chose
Ni le désir d’un bien quelconque.

Je suis enveloppé par elle
Comme un brouillard pourrait le faire
Et je vois luire la dernière étoile
Par-dessus le rebord de mon cendrier.

J’ai fumé la vie. Quelle incertitude
Dans tout ce que j’ai lu ou vu !
Le monde tout entier est un grand livre ouvert,
Lequel dans une langue ignorée me sourit.

 

Fernando Pessoa

Voir les commentaires