Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Suite pour orchestre n°3 en ré majeur

11 Mars 2012, 05:41am

Publié par vertuchou

 

 


 

 

Jean-Sébastien Bach 


Suite pour Orchestre n°3 en ré majeur

BWV 1068 - Gavotte I et II, Bourrrée et Gigue

 

Orchestre de chambre HERZLIYA
sous la conduite de  Frank-Michael Erben

Voir les commentaires

Harmonie du soir

10 Mars 2012, 05:24am

Publié par vertuchou

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ;
Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige ;
Valse mélancolique et langoureux vertige !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir !
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige !
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir !

 

 

Charles Baudelaire

Voir les commentaires

Je t’offre un verre d’eau glacée

9 Mars 2012, 05:35am

Publié par vertuchou

   Je t’offre un verre d’eau glacée
N’y touche pas distraitement
Il est le prix d’une pensée
      Sans ornement
 
Tous les plaisirs de l’amitié
Combien cette eau me désaltère
Je t’en propose une moitié
      La plus légère
 
Regarde Je suis pur et vide
Comme le verre où tu as bu
Il ne fait pas d’être limpide
      Une vertu
 
Plus d’eau Mais la lumière sage
Donne à mon présent tout son prix
Tel, un poète où Dieu s’engage
      Et reste pris

 

Odilon Jean-Périer

 

 

 


Voir les commentaires

Vue de Notre-Dame

8 Mars 2012, 05:34am

Publié par vertuchou

Matisse--la-porte-de-la-casbah_1912.jpg

 

Henri Matisse

Vue sur Notre-Dame

1914

 

Huile sur toile

147,3 X 94,3 cm

Voir les commentaires

Chant d'amour

7 Mars 2012, 05:32am

Publié par vertuchou

Parle-moi ! Que ta voix me touche !
Chaque parole sur ta bouche
Est un écho mélodieux !
Quand ta voix meurt dans mon oreille,
Mon âme résonne et s’éveille,
Comme un temple à la voix des dieux !
Un souffle, un mot, puis un silence,
C’est assez : mon âme devance
Le sens interrompu des mots,
Et comprend ta voix fugitive,
Comme le gazon de la rive
Comprend le murmure des flots.
Un son qui sur ta bouche expire,
Une plainte, un demi-sourire,
Mon cœur entend tout sans effort :
Tel, en passant par une lyre,
Le souffle même du zéphyre
Devient un ravissant accord !

Alphonse de Lamartine

Voir les commentaires

La poesie, c'est ce qui interdit

6 Mars 2012, 05:26am

Publié par vertuchou

La poesie, c'est ce qui interdit d'enfermer.

Une parole ouverte a la semblance d'une porte dans l'air.

 

 Hubert Juin

Voir les commentaires

Amnésie partielle

5 Mars 2012, 05:22am

Publié par vertuchou

Dans la lumière pâle des matinées striées de velours,

Dans l'air chaud et las qui pèse sur les rues de la ville,

Dans la dentelle des nuages bleutés languissants au creux du firmament,

Dans l'immensité du ciel offert derrière la fenêtre,

Dans la poussière qui danse avec grâce sous les assauts des vents millénaires,

Dans l'horizon qui engloutit lune et soleil jour après jour, nuit après nuit,

Dans les hurlements de chaque gorge, de chaque poumon, qui s'échouent contre les murs blancs,

Dans chaque mot tu, dans chaque silence qui emplit les paupières,

 

Partout, ton absence.

 
Plus que tout, ton absence.

 
Béatrice Gueritault

Voir les commentaires

The Aurora

4 Mars 2012, 05:56am

Publié par vertuchou

Voir les commentaires

les fenêtres

3 Mars 2012, 05:27am

Publié par vertuchou

Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n'est pas d'objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu'une fenêtre éclairée d'une chandelle. Ce qu'on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie.


Par delà des vagues de toits, j'aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée sur quelque chose, et qui ne sort jamais. Avec son visage, avec son vêtement, avec presque rien, j'ai refait l'histoire de cette femme, ou plutôt sa légende, et quelquefois je me la raconte à moi-même en pleurant.

 

Si c'eût été un pauvre vieux homme, j'aurais refait la sienne tout aussi aisément.

 

Et je me couche, fier d'avoir vécu et souffert dans d'autres que moi-même.

 

Peut-être me direz-vous : « Es-tu sûr que cette légende soit la vraie ? » Qu'importe ce que peut être la réalité placée hors de moi, si elle m'a aidé à vivre, à sentir que je suis et ce que je suis ?


Charles Baudelaire

Voir les commentaires

Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ

2 Mars 2012, 05:22am

Publié par vertuchou

 

 

 


Jean-Sébastien Bach 

1685-1750

 

"Ich ruf zu dir Herr Jesu Christ"

BWV 639

(Je t'appelle, seigneur Jésus-Christ)

 

   Piano: Anne Queffélec

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>