Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

chansons

Le temps des cerises

16 Mars 2021, 01:34am

Publié par vertuchou

À la vaillante citoyenne Louise,
l’ambulancière de la rue Fontaine-au-Roi.
le dimanche 28 mai 1871.


Quand nous en serons au temps des cerises,
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête.

Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur.
Quand nous en serons au temps des cerises,
Sifflera bien mieux le merle moqueur.

Mais il est bien court le temps des cerises,
Où l’on s’en va deux cueillir en rêvant
Des pendants d’oreilles.
Cerises d’amour aux robes pareilles
Tombant sous la feuille en gouttes de sang.

Mais il est bien court le temps des cerises,
Pendants de corail qu’on cueille en rêvant.
Quand vous en serez au temps des cerises,
Si vous avez peur des chagrins d’amour
Évitez les belles.

Moi qui ne crains pas les peines cruelles,
Je ne vivrai pas sans souffrir un jour.
Quand vous en serez au temps des cerises,
Vous aurez aussi des chagrins d’amour.

J’aimerai toujours le temps des cerises :
C’est de ce temps-là que je garde au cœur
Une plaie ouverte,
Et dame Fortune, en m’étant offerte,
Ne saurait jamais calmer ma douleur.

J’aimerai toujours le temps des cerises
Et le souvenir que je garde au cœur.

Paris-Montmartre, 1866.

Voir les commentaires

Ce baiser

16 Février 2021, 01:54am

Publié par vertuchou

Ce baiser vous souvenez vous
Que vous m'aviez un jour donné ?
J'aimerais pouvoir entre nous
Ce soir vous le restituer
J'avais gardé par devers moi
Ce souvenir ce doux trésor
Ce présent ce cadeau de roi
Plus précieux qu'un bijou en or

Quand je partais loin de Paris
Quand je m'en allais en voyage
Je le rangeais dans un étui
Bien protégé dans mes bagages

Ce doux baiser que j'ai gardé
Au bout des lèvres au bout du cœur
Ne m'a jamais jamais quitté
J'en fus l'unique possesseur
J'ai peur qu'il manque à vos années
Ultimes et cependant ardentes
Voulez-vous le récupérer
Ici toute affaire cessante

Ce serait pour moi un délice
D'enfin vous le rétrocéder
Il est sur moi c'est un indice
Vous-plairait il de le chercher ?

Le temps ne m'a pas épargné
Cheveux blanchis et cataracte
Mais vous en seriez étonnée
Le baiser lui demeure intact
Ce baiser vous souvenez-vous
Que vous m'aviez un jour donné ?

J'aimerais pouvoir entre nous
Ce soir vous le restituer

La la la la ....

François Morel

Voir les commentaires

Déshabillez-moi

24 Janvier 2021, 01:26am

Publié par vertuchou

Déshabillez-moi
Déshabillez-moi
Oui, mais pas tout de suite
Pas trop vite
Sachez me convoiter
Me désirer
Me captiver
Déshabillez-moi
Déshabillez-moi
Mais ne soyez pas comme
Tous les hommes
Trop pressés.

Et d'abord, le regard
Tout le temps du prélude
Ne doit pas être rude, ni hagard
Dévorez-moi des yeux
Mais avec retenue
Pour que je m'habitue, peu à peu…

Déshabillez-moi
Déshabillez-moi
Oui, mais pas tout de suite
Pas trop vite
Sachez m'hypnotiser
M'envelopper
Me capturer
Déshabillez-moi
Déshabillez-moi

Avec délicatesse
En souplesse
Et doigté

Choisissez bien les mots
Dirigez bien vos gestes
Ni trop lents, ni trop lestes
Sur ma peau
Voilà, ça y est, je suis
Frémissante et offerte
De votre main experte, allez-y…

Déshabillez-moi
Déshabillez-moi
Maintenant tout de suite,
Allez vite
Sachez me posséder
Me consommer
Me consumer

Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Conduisez-vous en homme
Soyez l'homme…
Agissez !

Déshabillez-moi
Déshabillez-moi
Et vous…
Déshabillez-vous !
 

paroles de Robert Nyel et musique de Gaby Verlor,
interprétée par Juliette Gréco en 1967

Voir les commentaires

J'aimerais tant savoir

17 Décembre 2020, 01:56am

Publié par vertuchou

J'aimerais tant savoir comment tu te réveilles
J'aurais eu le plaisir de t'avoir vu dormir
La boucle de cheveu, autour de ton oreille
L'instant, l'instant précieux, où tes yeux vont s'ouvrir
On peut dormir ensemble à cent lieux l'un de l'autre
On peut faire l'amour sans jamais se toucher
L'enfer peut ressembler au paradis des autres
Jusqu'au jardin désert qu'on avait pas cherché.

Quand je m'endors tout seul, comme un mort dans sa barque,
Comme un vieux pharaon je remonte le Nil.
Les années sur ma gueule ont dessiné leur marque,
Mes grands soleils éteints se réveilleront-ils ?
On dit depuis toujours, "le soleil est un astre,
Il se lève à cinq heures ou sept heures du matin",
Mais chaque heure pour moi n'est qu'un nouveau désastre,
Il n'est pas sûr du tout qu'il fera jour demain.

Je ne suis jamais là lorsque tu te réveilles
Alors je parle seul pour faire un peu de bruit
Mes heures s'éternisent et sont toutes pareilles
Je ne distingue plus ni le jour ni la nuit
Je ne croit pas en dieu mais j'aime les églises
Et ce soir je repense au gisant vénitien
Qui me ressemblait tant mais la place était prise
Toi seul sais vraiment pourquoi je m'en souviens.

Bernard Dimey

Voir les commentaires

Les amants de coeur

26 Octobre 2020, 01:42am

Publié par vertuchou

Ils s'aiment s'aiment en riant
Ils s'aiment s'aiment pour toujours
Ils s'aiment tout au long du jour
Ils s'aiment s'aiment s'aiment tant
Qu'on dirait des anges d'amour
Des anges fous se protégeant
Quand se retrouvent en courant
Les amants
Les amants de coeur
Les amants
Ils s'aiment s'aiment à la folie
S'effeuillant à l'ombre des feux
Se découvrant comme deux fruits
Puis se trouvant n'être plus deux
Se dénouant comme velours
Se reprenant au petit jour
Et s'endormant les plus heureux
Les amants, les amants de coeur
Les amants
Ils s'aiment s'aiment en tremblant
Le coeur mouillé le coeur battant
Chaque seconde est une peur
Qui croque le coeur entre ses dents
Ils savent trop de rendez-vous
Où n'vinrent que des facteurs
Pour n'avoir pas peur du loup
Les amants, les amants de coeur
Les amants
Ils s'aiment s'aiment en pleurant
Chaque jour un peu moins amants
Quand ils ont bu tout leur mystère
Deviennent comme soeur et frère
Brûlent leurs ailes d'inquiétude
Redeviennent deux habitudes
Alors changent de partenaire
Les amants, les amants de cœur
Les amants
Qui s'aiment s'aiment en riant
Qui s'aiment s'aiment pour toujours
Qui s'aiment tout au long du jour
Qui s'aiment s'aiment s'aiment tant
Qu'on dirait des anges d'amour
Des anges fous se protégeant
Quand ils se retrouv'nt en courant
Les amants, les amants de cœur
Les amants


Paroles : Rod Mc Kuen / Jacques BREL
 

Voir les commentaires

La quête

7 Octobre 2020, 01:46am

Publié par vertuchou

Rêver un impossible rêve
Porter le chagrin des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir où personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer, même trop, même mal,
Tenter, sans force et sans armure,
D'atteindre l'inaccessible étoile
Telle est ma quête,
Suivre l'étoile
Peu m'importent mes chances
Peu m'importe le temps
Ou ma désespérance
Et puis lutter toujours
Sans questions ni repos
Se damner
Pour l'or d'un mot d'amour
Je ne sais si je serai ce héros
Mais mon cœur serait tranquille
Et les villes s'éclabousseraient de bleu
Parce qu'un malheureux
Brûle encore, bien qu'ayant tout brûlé
Brûle encore, même trop, même mal
Pour atteindre à s'en écarteler
Pour atteindre l'inaccessible étoile.

Paroliers : Joe Darion / Mitchell Leigh
Interprète Jacques Brel

Voir les commentaires

En tête à tête

18 Septembre 2020, 01:46am

Publié par vertuchou

Ce matin j'lui presse des oranges mécaniquement
Les yeux encore un peu brouillés par le sommeil
J'me trouve nez à nez avec ce vers qui ne rime à rien
C'est vrai ce week-end je suis seul avec moi même

En tête à tête avec moi même souvent j'me tate pour trouver le thème
En tête à tête avec moi même
J'ai pas la force de dire je je je ...

Il faut aimer pour comprendre nous aimer pour nous comprendre
Mieux aimer pour mieux comprendre
C'est vrai ce week-end je suis seul avec moi même

En tête à tête avec moi même souvent j'me tate pour trouver le thème
En tête à tête avec moi même
J'ai pas la force de dire je je je ..

En tête a tête
En tête a tête
En tête a tête
En tête a tête
En tête a tête

Matthieu Chedid dit M

Voir les commentaires

Jardin des Délices

30 Août 2020, 01:33am

Publié par vertuchou

Quand le monde autour de toi aura tant changé
Que toutes ces choses que tu frôlais sans danger
Seront toutes si lourdes à bouger
Seront toutes des objets étrangers
Où l'a-t-on rangé
Ce bout de verger
Avec ses fleurs grimpantes
Sa lumière en pente
Couleur de dragée
Quand le monde autour de toi sera mélangé

Que le drap de ta chambre dans l'ombre restera plongé
Que viendra la nuit aux pourpres orangés
Et sans rien de plus peut-être pour te protéger
Où l'a-t-on rangé

Ce bout de verger
Avec sa glycine
Comme une racine
Dans la terre plongée
Jardin des délices
Tourne comme une hélice Dans le fond du crâne
Tourne comme une hélice

Gérard Manset

Voir les commentaires

Adieu tristesse

14 Août 2020, 01:01am

Publié par vertuchou

 

Je t'ai croisée
Un samedi soir
Et j'ai jeté sur ta silhouette
Une poignée d'épices colorées
Mon but était clair
T'envoûter
Tout en restant
Libre moi et libre toi
Car le roi de l'amour
N'a plus besoin d'esclaves.

Adieu, adieu la nuit
Adieu tristesse, adieu les larmes
Je ne suis plus celui
Que tu as connu, plus le même
Ô belle enfant
Qui a tant pleuré
Adieu tout est fini
Adieu les larmes, adieu la nuit.

Et le soleil de minuit a brillé pour nous
Jusqu'à l'arrivée du jour
Alors nous nous sommes séparés
Comme déjà saturés des délices du futur
Et j'ai marché seul
Guidé par ton ombre
J'ai traversé la ville déserte
Encore étincelante
Du voyage des rêveurs

Adieu, adieu la nuit
Adieu tristesse, adieu les larmes
Je ne suis plus celui
Que tu as connu, plus le même
Ô belle enfant
Qui…  

Arthur H

Voir les commentaires

Adieu tristesse

14 Août 2020, 01:01am

Publié par vertuchou

 

Je t'ai croisée
Un samedi soir
Et j'ai jeté sur ta silhouette
Une poignée d'épices colorées
Mon but était clair
T'envoûter
Tout en restant
Libre moi et libre toi
Car le roi de l'amour
N'a plus besoin d'esclaves.

Adieu, adieu la nuit
Adieu tristesse, adieu les larmes
Je ne suis plus celui
Que tu as connu, plus le même
Ô belle enfant
Qui a tant pleuré
Adieu tout est fini
Adieu les larmes, adieu la nuit.

Et le soleil de minuit a brillé pour nous
Jusqu'à l'arrivée du jour
Alors nous nous sommes séparés
Comme déjà saturés des délices du futur
Et j'ai marché seul
Guidé par ton ombre
J'ai traversé la ville déserte
Encore étincelante
Du voyage des rêveurs

Adieu, adieu la nuit
Adieu tristesse, adieu les larmes
Je ne suis plus celui
Que tu as connu, plus le même
Ô belle enfant
Qui…  

Arthur H

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>