Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

chansons

A chaque amour que nous ferons

26 Novembre 2018, 02:24am

Publié par vertuchou

Je me noierai dans tes étreintes
Dans tes vallées, tes sillons
Tes merveilleux labyrinthes
Et tes mystérieuses plaintes
À chaque amour que nous ferons

Le rouge de ta bouche peinte
Enflammera l’horizon
Jusqu’aux étoiles presqu’éteintes
On y trouvera nos empreintes
Et de là, nous nous perdrons

Le monde peut dormir tranquille
Il ne fait qu’un rêve à la fois
Des rêves à la fois, j’en fais mille
Ils ont tes manières et ta voix

Avant de recouvrir la Terre
Chaque nouveau matin viendra
Naître en dessous de tes paupières
Et n’avancer qu’à ton pas

Tu feras fondre mes silences
Envoler tous mes ballons
Et s’écrouler en cadence
Dans les vertiges qui avancent
Tous mes soldats de plomb

A chaque instant, tout recommence
Chaque souffle, un tourbillon
Chaque geste, une impatience


La mort est la renaissance
À chaque amour que nous ferons

Le monde peut dormir tranquille
Il ne fait qu’un rêve à la fois
Des rêves à la fois, j’en fais mille
Ils ont tes manières et ta voix

Avant de recouvrir la Terre
Chaque nouveau matin viendra
Naître en dessous de tes paupières
Et n’avancer qu’à ton pas

Les enfants auront ton sourire
Ceux qui viendront, ceux qui sont là
Pour nous empêcher de grandir

Il ne restera qu’à choisir
Le fou qui annoncera pour moi
Le seul secret que je peux dire
Le jour qui se lève vient de toi

Je me noierai dans tes étreintes
Dans tes vallées, tes sillons
Tes merveilleux labyrinthes
Et tes mélodieuses plaintes
À chaque amour que nous ferons

Le monde peut dormir tranquille

Francis Cabrel


___

Voir les commentaires

J'aimerais tant savoir

6 Novembre 2018, 02:48am

Publié par vertuchou

J'aimerais tant savoir comment tu te réveilles
J'aurais eu le plaisir de t'avoir vu dormir
La boucle de cheveu, autour de ton oreille
L'instant, l'instant précieux, ou tes yeux vont s'ouvrir
On peut dormir ensemble à cent lieux l'un de l'autre
On peut faire l'amour sans jamais se toucher
L'enfer peut ressembler au paradis des autres
Jusqu'au jardin désert qu'on avait pas cherché

Quand je m'endors tout seul comme un mort dans sa barque
Comme un vieux pharaon je remonte le Nil
Les années sur ma gueule ont dessiné leurs manques
Mes soleils éteints se réveilleront-ils?
On dit depuis toujours le soleil est un astre, il se lève à cinq heures ou sept heures du matin
Mais chaque heure  pour moi est un nouveau désastre, il n'est pas sûr du tout qu'il fera jour demain

Je ne suis jamais là lorsque tu te réveilles
Alors je parle seul pour faire un peu de bruit
Mes heures s'éternisent et sont toutes pareilles
Je ne distingue plus ni le jour ni la nuit
Je ne croit pas en dieu mais j'aime les église et ce soir je repense au gisant vénitien
Qui me ressemblait tant mais la place était prise
Toi seul sait vraiment pourquoi je m'en souviens.


Bernard Dimey

Voir les commentaires

Écrire pour ne pas mourir

7 Septembre 2018, 02:14am

Publié par vertuchou

Que je sois née d'hier ou d'avant le déluge
J'ai souvent l'impression de tout recommencer
Que j'aie pris ma revanche ou bien trouvé refuge
Dans mes chansons toujours j'ai voulu exister
Que vous sachiez de moi ce que j'en veux bien dire
Que vous soyez fidèle ou bien simple passant
Et que nous en soyons juste au premier sourire
Sachez ce qui pour moi est plus important
Oui le plus important

Écrire pour ne pas mourir
Écrire sagesse ou délire
Écrire pour tenter de dire
Dire tout ce qui m'a blessée
Dire tout ce qui m'a sauvée
Écrire et me débarrasser
Écrire pour ne pas sombrer
Écrire au lieu de tournoyer
Écrire et ne jamais pleurer
Rien que des larmes de stylo
Qui viennent se changer en mots
Pour me tenir le cœur au chaud
Que je vive cent ans ou bien quelques décades
Je ne supporte pas de voir le temps passer
On arpente sa vie au pas de promenade
Et puis on s'aperçoit qu'il faudra se presser
Que vous soyez tranquille ou plein d'inquiétude
Ce que je vais vous dire vous le comprendrez
En mettant bout à bout toutes nos solitudes
On pourrait se sentir un peu moins effrayé
Un peu moins effrayé

Écrire pour ne pas mourir
Écrire tendresse ou plaisir
Écrire pour tenter de dire
Dire tout ce que j'ai compris
Dire l'amour et le mépris
Écrire me sauver de l'oubli
Écrire pour tout raconter
Écrire au lieu de regretter
Écrire et ne rien oublier
Et même inventer quelques rêves
De ceux qui empêchent qu'on crève
Quand l'écriture un jour s'achève
Qu'on m'écoute en passant d'une oreille distraite
Ou qu'on ait l'impression de trop me ressembler
Je voudrais que ces mots qui me sont une fête
On se dépêche pas d'aller les oublier
Que vous soyez critique ou plein de bienveillance
Je ne recherche pas toujours ce qui vous plaît
Quand je soigne mes mots c'est à moi que je pense
Je veux me regarder sans honte et sans regrets
Sans honte et sans regrets

Écrire pour ne pas mourir
Écrire grimace et sourire
Écrire et ne pas me dédire
Dire ce que j'ai su faire
Dire pour ne pas me défaire
Écrire habiller ma colère
Écrire pour être égoïste
Écrire ce qui me résiste
Écrire et ne pas vivre triste
Et me dissoudre dans les mots
Qu'ils soient ma joie ou mon repos
Écrire et pas me foutre à l'eau
Et me dissoudre dans les mots
Qu'ils soient ma joie et mon repos
Ecrire et pas me foutre à l'eau
Ecrire pour ne pas mourir
Pour ne pas mourir

Anne Sylvestre   

Voir les commentaires

Quand on est très amoureux

10 Août 2018, 02:10am

Publié par vertuchou

Quand on est très amoureux, quand on est très amoureux,
C'est plaisant de regarder d'autres couples s'engueuler
Quand on est moins amoureux, quand on est moins amoureux,
C'est énervant de croiser des couples très amoureux

Quand on est très amoureux, quand on est très amoureux,
On pourrait se contenter de quelques mètres carrés
Quand on est moins amoureux, quand on est moins amoureux,
C'est bon de se rappeler qu'on peut dormir à côté

Quand on est très amoureux, quand on est très amoureux,
Il n'y a que l'être aimé digne d'être regardé
Quand on est moins amoureux, quand on est moins amoureux,
Il faut rien exagérer, on va pas se crever les yeux

Quand on est très passionné, quand on est très passionné
On s'émeut d'un petit rien, on est bête on est si bien
Quand on est moins passionné, quand on est moins passionné
Il se peut qu'on se dise « tiens c'est drôle ça me fait plus marrer »

Quand on est très passionné, quand on est très passionné
On vénère son odeur, on respire sa sueur
Quand on est moins passionné, quand on est moins passionné
On peut parfois prendre peur car le corps a ses horreurs

Quand on est très passionné, quand on est très passionné
On adore absolument, on adule entièrement
Quand on est moins passionné, quand on est moins passionné
On peut penser c'est marrant, ça je l'avais pas remarqué

Mais ceux qui s'aiment restent courtois
On dirait même qu'ils ne se lassent pas

Quand on est très amoureux, quand on est très amoureux,
On peut tout abandonner pour l'amour de sa moitié
Quand on est moins amoureux, quand on est moins amoureux,
On préfère y regarder à deux fois c'est plus sérieux

Quand on est très amoureux, quand on est très amoureux,
On se mange dans la main même si on n'a jamais faim
Quand on est moins amoureux, quand on est moins amoureux,
La fringale qui revient nous ramène à nos instincts

Quand on est très amoureux, quand on est très amoureux,
C'est plaisant de regarder d'autres couples s'engueuler
Quand on est moins amoureux, quand on est moins amoureux,
C'est énervant de croiser des couples très amoureux

Et moi qui t'aime avec tout ça
On dirait même que je ne me lasse pas

Jeanne Cherhal

Voir les commentaires

Terres de France

17 Juillet 2018, 02:16am

Publié par vertuchou

ciel ciel il fait un temps de chien
neige et pluie depuis ce matin
allons viens fuyons au cinéma
vers la mer allongés sous un ciel immense
partons en vacances comme au cinéma

sous les eaux glacées du ciel
battons le rappel
des sentiments d'autrefois
comme au jour où l'amour
dans un même lit
jetait au paradis
ces amants d'un soir

je marche au matin
loin des embruns
sur les terres de France
gorgées d'innocence
je jette aux orties
mes rêveries
ma morte semence
sur les terres de France

cœur, cœur privé de miel
beau chagrin aux lèvres vermeil
allons viens fuyons au cinéma
vers la mer allongés sous un ciel immense
partons en vacances comme au cinéma

loin sur les sentiers
dans les greniers
des terres abondantes
les paysans chantent
loin d'Anatolie
de Sibérie
c'est la rumeur errante
de leur désespérance

Jean-Louis Murat

Voir les commentaires

Lubies sentimentales

23 Juin 2018, 09:52am

Publié par vertuchou

Son sourire est si mystérieux
Quand elle exorcise mes regrets
À l’heure où s’éteignent ses yeux
Chargés d’impalpables secrets
Ses lèvres aux discours silencieux
Ses larmes aux langueurs enfantines
Son regard inquiet qui s’émeut
D’un poème aux rimes androgynes

Dans le jasmin de ses cheveux
Où se dénouent mes doigts fébriles
Je m’enivre au voluptueux
Parfum de son âme indocile
Son rire agite les girandoles
D’un feu d’artifice étonnant
Mes lèvres sur les auréoles
De ses seins aux dessins troublants

Flamboyante ivresse de mes jours
Fulgurante astrée de mes nuits
Délicieuse hôtesse au long cours
Qui m’éclaire & qui m’éblouit

Déesse de mes gravures anciennes
Fille de mes équations païennes
Ange quantique & démon fatal
De mes lubies sentimentales

Lorsque son souffle accéléré
Me dévoile dans un murmure
Le charme des verbes oubliés
Sous les mailles de mon armure
Ses jeux inédits, ses baisers
Magnifient sa beauté rebelle
Quand elle pleure dans l’intimité
Souriante de ses dentelles

Flamboyante ivresse de mes jours
Fulgurante astrée de mes nuits
Délicieuse hôtesse au long cours
Qui m’éclaire & qui m’éblouit
Déesse de mes gravures anciennes
Fille de mes équations païennes
Ange quantique & démon fatal
De mes lubies sentimentales

Hubert-Félix Thiéfaine

Voir les commentaires

Déshabillez-moi

10 Mai 2018, 01:49am

Publié par vertuchou

Déshabillez-moi
Déshabillez-moi
Oui, mais pas tout de suite
Pas trop vite
Sachez me convoiter
Me désirer
Me captiver
Déshabillez-moi
Déshabillez-moi
Mais ne soyez pas comme
Tous les hommes
Trop pressés.

Et d'abord, le regard
Tout le temps du prélude
Ne doit pas être rude, ni hagard
Dévorez-moi des yeux
Mais avec retenue
Pour que je m'habitue, peu à peu…

Déshabillez-moi
Déshabillez-moi
Oui, mais pas tout de suite
Pas trop vite
Sachez m'hypnotiser
M'envelopper
Me capturer
Déshabillez-moi
Déshabillez-moi

Avec délicatesse
En souplesse
Et doigté

Choisissez bien les mots
Dirigez bien vos gestes
Ni trop lents, ni trop lestes
Sur ma peau
Voilà, ça y est, je suis
Frémissante et offerte
De votre main experte, allez-y…

Déshabillez-moi
Déshabillez-moi
Maintenant tout de suite,
Allez vite
Sachez me posséder
Me consommer
Me consumer

Déshabillez-moi, déshabillez-moi
Conduisez-vous en homme
Soyez l'homme…
Agissez !

Déshabillez-moi
Déshabillez-moi
Et vous…
Déshabillez-vous !

Juliette Greco

Paroles : Robert Nyel
Musique : Gaby Verlor

Voir les commentaires

Syracuse

16 Avril 2018, 02:15am

Publié par vertuchou

J'aimerais tant voir Syracuse
L'île de Pâques et Kairouan
Et les grands oiseaux qui s'amusent
A glisser l'aile sous le vent

Voir les jardins de Babylone
Et le palais du Grand Lama
Rêver des amants de Vérone
Au sommet du Fuji Yama

Voir le pays du matin calme
Aller pêcher le cormoran
Et m'enivrer de vin de palme
En écoutant chanter le vent

Avant que ma jeunesse s'use
Et que mes printemps soient partis
J'aimerais tant voir Syracuse
Pour m'en souvenir à Paris

Paroles : Bernard Dimey

Musique Henri Salvador

Voir les commentaires

La quête

7 Mars 2018, 02:16am

Publié par vertuchou

Rêver un impossible rêve
Porter le chagrin des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir où personne ne part
Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer, même trop, même mal,
Tenter, sans force et sans armure,
D'atteindre l’inaccessible étoile.
Telle est ma quête,
Suivre l'étoile
Peu m'importent mes chances
Peu m'importe le temps
Ou ma désespérance
Et puis lutter toujours
Sans questions ni repos
Se damner
Pour l'or d'un mot d'amour
Je ne sais si je serai ce héros
Mais mon cœur serait tranquille
Et les villes s'éclabousseraient de bleu
Parce qu'un malheureux
Brûle encore, bien qu'ayant tout brûlé
Brûle encore, même trop, même mal
Pour atteindre à s'en écarteler
Pour atteindre l'inaccessible étoile.

Jacques Brel

Voir les commentaires

La quête

23 Février 2018, 02:11am

Publié par vertuchou

Rêver un impossible rêve
Porter le chagrin des départs
Brûler d'une possible fièvre
Partir où personne ne part

Aimer jusqu'à la déchirure
Aimer, même trop, même mal,
Tenter, sans force et sans armure,
D'atteindre l'inaccessible étoile

Telle est ma quête,
Suivre l'étoile
Peu m'importent mes chances
Peu m'importe le temps
Ou ma désespérance
Et puis lutter toujours
Sans questions ni repos
Se damner
Pour l'or d'un mot d'amour
Je ne sais si je serai ce héros
Mais mon cœur serait tranquille
Et les villes s'éclabousseraient de bleu
Parce qu'un malheureux

Brûle encore, bien qu'ayant tout brûlé
Brûle encore, même trop, même mal
Pour atteindre à s'en écarteler
Pour atteindre l'inaccessible étoile.

Jacques Brel

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>