Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Top articles

  • Il restera…

    09 septembre 2015 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    La machine à laver du temps peut effacer les souvenirs d’amour, le vent peut dessécher l’humide des baisers… Il restera au fond de nos regards le halo d’un sourire. La poussière des jours peut irriter les yeux, le fleuve d’habitude nous rouiller… Restera...

  • A Julie

    27 septembre 2015 ( #Poètes d'hier )

    On me demande, par les rues, Pourquoi je vais bayant aux grues, Fumant mon cigare au soleil, A quoi se passe ma jeunesse, Et depuis trois ans de paresse Ce qu'ont fait mes nuits sans sommeil. Donne-moi tes lèvres, Julie ; Les folles nuits qui t'ont pâlie...

  • À Madeleine

    01 octobre 2015 ( #Poètes d'hier )

    Je serre votre souvenir comme un corps véritable Et ce que mes mains pourraient prendre de votre beauté Ce que mes mains pourraient en prendre un jour Aura-t-il plus de réalité ? Car qui peut prendre la magie du printemps ? Et ce qu’on en peut avoir n’est-il...

  • Je fais tout ce que je peux

    04 octobre 2015 ( #Emois )

    "Je fais tout ce que je peux pour que mon amour ne te dérange pas. Je te regarde à la dérobée. Je te souris quand tu ne me vois pas. Je mets mon regard et mon âme partout où je voudrais mettre mes baisers : dans tes cheveux, sur ton front, sur tes yeux,...

  • Le ciel est, par-dessus le toit...

    30 janvier 2012 ( #Poètes d'hier )

    Le ciel est, par-dessus le toit Le ciel est, par-dessus le toit, Si bleu, si calme! Un arbre, par-dessus le toit, Berce sa palme. La cloche, dans le ciel qu'on voit, Doucement tinte. Un oiseau sur l'arbre qu'on voit Chante sa plainte. Mon Dieu, mon Dieu,...

  • Dormante

    11 octobre 2015 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Toi ma dormeuse mon ombreuse ma rêveuse ma gisante aux pieds nus sur le sable mouillé toi ma songeuse mon heureuse ma nageuse ma lointaine aux yeux clos mon sommeillant œillet distraite comme nuage et fraîche comme pluie trompeuse comme l'eau légère comme...

  • L'amour sans trêve

    15 octobre 2015 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Ce triangle d’eau qui a soif cette route sans écriture Madame, et le signe de vos mâtures sur cette mer où je me noie Les messages de vos cheveux le coup de fusil de vos lèvres cet orage qui m’enlève dans le sillage de vos yeux. Cette ombre enfin, sur...

  • Sonnet à mon ami R…

    17 octobre 2015 ( #Poètes d'hier )

    J’avais toujours rêvé le bonheur en ménage, Comme un port où le cœur, trop longtemps agité, Vient trouver, à la fin d’un long pèlerinage, Un dernier jour de calme et de sérénité. Une femme modeste, à peu près de mon âge Et deux petits enfants jouant à...

  • Un poème n'est pas un suicide de langue

    24 octobre 2015 ( #Glanés )

    Un poème n'est pas un suicide de langue. Si nécessaire, il peut aller jusqu'à une langue dépeuplée et parcourue de vents pour quasi plus personne, mais cela ne le justifie ni ne l'invalide. Seule la nécessité, perçue par le lecteur, je ne dis pas le public,...

  • L’ange bleu

    02 novembre 2015 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Elle est ici tout près de moi le dos tourné au mur de briques rouges un chandail noir (blanc sur les épaules) comme l’ordinateur, qu’elle tient sur ses genoux Je sais qu’elle ne me voit pas je peux alors la regarder seule dans le soir chercher des mots...

  • Je te promets

    05 novembre 2015 ( #Chansons )

    Je te promets le sel au baiser de ma bouche Je te promets le miel à ma main qui te touche Je te promets le ciel au dessus de ta couche Des fleurs et des dentelles pour que tes nuits soient douces Je te promets la clé des secrets de mon âme Je te promets...

  • Feuille morte

    10 novembre 2015 ( #Poètes d'hier )

    Toutes les fleurs veulent se changer en fruits, Toute matinée veut devenir soirée, Sur terre rien n’est éternité, Si ce n’est le mouvement, le temps qui fuit Même le plus bel été veut voir une fois La nature qui se fane, l’automne qui vient. Reste tranquille,...

  • L’aube je t’aime

    26 décembre 2015 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    L’aube je t’aime j’ai toute la nuit dans les veines Toute la nuit je t’ai regardée J’ai tout à deviner je suis sûr des ténèbres Elles me donnent le pouvoir De t’envelopper De t’agiter désir de vivre Au sein de mon immobilité Le pouvoir de te révéler De...

  • Embrasse-moi

    26 février 2015 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    C’était dans un quartier de la ville lumière Où il fait toujours noir où il n’y a jamais d’air Et l’hiver comme l’été là c’est toujours l’hiver Elle était dans l’escalier Lui à côté d’elle elle à côté de lui C’était la nuit Ça sentait le souffre Car on...

  • J’arrive où je suis étranger

    30 décembre 2015 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Rien n’est précaire comme vivre Rien comme être n’est passager C’est un peu fondre comme le givre Et pour le vent être léger J’arrive où je suis étranger Un jour tu passes la frontière D’où viens-tu mais où vas-tu donc Demain qu’importe et qu’importe...

  • A ma mort / A mi muerte

    11 janvier 2016 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    A ma mort, À ma mort tu mettras tes deux mains sur mes yeux, et que le blé des mains aimées, que leur lumière encore un coup sur moi étendent leur fraîcheur, pour sentir la douceur qui changea mon destin. À t'attendre endormi, moi je veux que tu vives,...

  • Un poème, un mystère

    07 octobre 2016 ( #Glanés )

    Un poème [est] un mystère dont le lecteur doit chercher la clef. Nommer un objet, c’est supprimer les trois quarts de la jouissance du poème qui est faite du bonheur de deviner peu à peu ; le suggérer voilà le rêve. C’est le parfait usage de ce mystère...

  • Poème XXV

    10 octobre 2016 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Les bulles de savon que cet enfant S’amuse à tirer d’une paille Sont translucides de toute une philosophie. Claires, inutiles et passagères comme la Nature, Amies des yeux comme des choses, Elles sont ce qu’elles sont Selon une précision rondelette, aérienne,...

  • Pourquoi il faut aimer Anne

    11 octobre 2016 ( #Emois )

    Lundi 13 juillet (64) Pourquoi il faut aimer Anne Je le sais aujourd’hui plus que jamais. J’ai reçu sa lettre anxieusement attendue. Anne est ma joie ma grâce mon espérance. Parfois je m’étonne de la place qu’elle occupe dans ma vie. Surprise de l’âme...

  • Terra d’amore

    14 octobre 2016 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Je n’ai pas besoin d’argent. J’ai besoin de sentiments, de mots, de mots choisis avec soin, de fleurs comme des pensées, de roses comme des présences, de rêves perchés dans les arbres, de chansons qui fassent danser les statues, d’étoiles qui murmurent...

  • Les yeux

    16 octobre 2016 ( #Poètes d'hier )

    Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux, Des yeux sans nombre ont vu l’aurore ; Ils dorment au fond des tombeaux Et le soleil se lève encore. Les nuits plus douces que les jours Ont enchanté des yeux sans nombre ; Les étoiles brillent toujours Et les yeux...

  • Souffrir obstiné sans répit ni soulagement

    20 octobre 2016 ( #Poètes d'hier )

    Avril colore les champs que captivent gel effilé et neige déchaînée d'un très sombre nuage obscur et, bien parées, déjà brillent à l'entour les feuilles vives. Il découvre les termes de la rive le courant vif au soleil apaisé ; et la voix du ruisseau,...

  • La nuit n'est jamais complète

    22 octobre 2016 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    La nuit n'est jamais complète. Il y a toujours puisque je le dis, Puisque je l'affirme, Au bout du chagrin, une fenêtre ouverte, une fenêtre éclairée. Il y a toujours un rêve qui veille, désir à combler, faim à satisfaire, un cœur généreux, une main tendue,...

  • Mon portrait

    24 octobre 2016 ( #Poètes d'hier )

    Vous me demandez mon portrait, Mais peint d'après nature : Mon cher, il sera bientôt fait Quoiqu'en miniature. Je suis un jeune polisson Encore dans les classes ; Point sot, je le dis sans façon Et sans fades grimaces. Oui, il ne fut babillard, Ni docteur...

  • Pendant la nuit le cœur s’alourdit

    26 octobre 2016 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Pendant la nuit le cœur s’alourdit, Déloge le rêve. Les portes sont fermées. Tu ne peux pas revenir même en songe Dans ce qui fut ta joie. L’abîme se creuse à tout moment, C’est la règle. Tu ne reposes nulle part, tu ne dormiras pas. Qu’ils ignorent ton...