Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Top articles

  • Plaisir d'amour

    04 décembre 2015 ( #Poètes d'hier )

    Plaisir d'amour ne dure qu'un moment, Chagrin d'amour dure toute la vie. J'ai tout quitté pour l'ingrate Sylvie, Elle me quitte et prend un autre amant. Plaisir d'amour ne dure qu'un moment, Chagrin d'amour dure toute la vie. Tant que cette eau coulera...

  • Le poète

    06 décembre 2015 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Je prendrai dans ma main gauche Une poignée de mer Et dans ma main droite Une poignée de terre, Puis je joindrai mes deux mains Comme pour une prière Et de cette poignée de boue Je lancerai dans le ciel Une planète nouvelle Vêtue de quatre saisons Et...

  • Daphnis et Chloé

    08 décembre 2015 ( #Poètes d'hier )

    Dans un nouveau parentage, Te souviendras-tu de moi ? Ah ! je te laisse pour gage Mon serment, mon coeur, ma foi. Me reviendras-tu fidelle ? Seras-tu toujours mon Berger ? Quelque destin qui m'appelle, Mon coeur ne saurait changer. Ah ! sois-moi toujours...

  • Apparais / Aparécete

    26 septembre 2014 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Que les chats me guettent depuis la barde d’en face que les paupières me pèsent de t’avoir rêvée tant que le désespoir ne connaît pas des horaires qu’ici on va comptant le temps en vides que je te garde toujours l’espace à la lit que mes sourires ont...

  • L’étrangère

    10 décembre 2015 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Elle a les chevilles fines et les mains gantées de rides légères elle a les mains comme des poupées Elle a des cheveux feuilles de houx gerbe de blé or inflammable elle a des cheveux de cuivre roux Elle a l’ivresse de la démarche qui fait pencher son...

  • Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne

    12 décembre 2015 ( #Poètes d'hier )

    Je t'adore à l'égal de la voûte nocturne, Ô vase de tristesse, ô grande taciturne, Et t'aime d'autant plus, belle, que tu me fuis, Et que tu me parais, ornement de mes nuits, Plus ironiquement accumuler les lieues Qui séparent mes bras des immensités...

  • J'ai dit à mon cœur

    16 décembre 2015 ( #Poètes d'hier )

    J'ai dit à mon cœur, à mon faible cœur : N'est-ce point assez d'aimer sa maîtresse ? Et ne vois-tu pas que changer sans cesse, C'est perdre en désirs le temps du bonheur ? Il m'a répondu : Ce n'est point assez, Ce n'est point assez d'aimer sa maîtresse...

  • Se voir le plus possible

    20 décembre 2015 ( #Poètes d'hier )

    Se voir le plus possible et s'aimer seulement, Sans ruse et sans détours, sans honte ni mensonge, Sans qu'un désir nous trompe, ou qu'un remords nous ronge, Vivre à deux et donner son cœur à tout moment ; Respecter sa pensée aussi loin qu'on y plonge,...

  • Ne disons pas à l'amour : plus tard

    26 novembre 2010 ( #Glanés )

    Ne disons pas à l'amour : plus tard l'avenir est fait de hasards c'est aujourd'hui qu'il faut cueillir ce que demain viendra flétrir Vite un baiser, ma toute belle jeunesse passe à tire d'aile W. Shakespeare What is love? 'tis not hereafter; Present mirth...

  • Vous qui passez sans me voir

    28 janvier 2011 ( #Chansons )

    Vous qui passez sans me voir Sans même me dire bonsoir Donnez-moi un peu d'espoir ce soir... J'ai tant de peine Vous, dont je guette un regard Pour quelle raison ce soir Passez-vous sans me voir ? Un mot, je vais le dire : "Je vous aime" C'est ridicule,...

  • Notre paire

    22 décembre 2015 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Notre paire quiète, ô yeux ! que votre "non" soit sang (t'y fier ?) que votre araignée rie, que votre vol honteux soit fête (au fait) sur la terre (commotion). Donnez-nous, aux joues réduites, notre pain quotidien. Part, donnez-nous, de nos oeufs foncés,...

  • Le poète est vraiment voleur de feu

    30 avril 2012 ( #Glanés )

    Le poète est vraiment voleur de feu. Il est chargé de l'humanité, des animaux même ; il devra faire sentir, palper, écouter ses inventions. Si ce qu'il rapporte de là-bas a forme, il donne forme ; si c'est informe, il donne de l'informe. Trouver une langue...

  • Je ferme les paupières

    21 février 2016 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Je ferme les paupières sous la nuit paisible et j’entends gazouiller des myriades d’astres là où tes doigts se sont attardés sur ma chair. Je suis le ciel étoilé des moissons. Ton amour m’a fait si profond et beau si grand que tu n’as plus la force de...

  • Que puis-je faire avec mon bonheur ?

    26 février 2016 ( #Emois )

    “Que puis-je faire avec mon bonheur ? Comment puis-je le garder, le cacher, l'ensevelir dans un lieu où jamais je ne le perdrais ? J'ai envie de m'agenouiller, tandis qu'il tombe sur moi comme de la pluie, de l'envelopper dans de la soie et de la dentelle,...

  • L'étendue vibre

    27 février 2016 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Au fond des criques intimes Où les ressacs rongent nos fibres et nos tissus Nous oublions tapis dans nos chagrins Qu'au loin qu'autour L'étendue vibre Comment y pénétrer ? Comment surgir de ces ravages ? Extirper l'âme de ses dégâts? Comment restituer...

  • A cette ronde d'enfants…

    29 février 2016 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    A cette ronde d’enfants Que tant de peine a suivie Vous n’étiez vous qu’en passant Chansons qui fûtes ma vie Vous dont je fus la clarté Beaux jours courbés sous leur ombre J’ai vécu de vous compter Je mourrai de votre nombre Possédant ce que je suis Je...

  • Les reparties de Nina

    02 mars 2016 ( #Poètes d'hier )

    LUI – Ta poitrine sur ma poitrine, Hein ? nous irions, Ayant de l’air plein la narine, Aux frais rayons Du bon matin bleu, qui vous baigne Du vin de jour ?… Quand tout le bois frissonnant saigne Muet d’amour De chaque branche, gouttes vertes, Des bourgeons...

  • Au premier jour

    09 mars 2016 ( #Emois )

    Au premier jour comment oser, comment savoir te dévêtir ? Pourtant je voulais te saisir nu dans mes mains nues. Tu as ri quand je me suis étonnée de la douceur de ta peau ! Je n'en croyais pas mes paumes... Avais-je jusqu'alors pensé que le corps d'un...

  • A ma mère

    10 mars 2016 ( #Poètes d'hier )

    Ô ma mère, ce sont nos mères Dont les sourires triomphants Bercent nos premières chimères Dans nos premiers berceaux d’enfants. Donc reçois, comme une promesse, Ce livre où coulent de mes vers Tous les espoirs de ma jeunesse, Comme l’eau des lys entr’ouverts...

  • Les séparés

    18 mars 2016 ( #Poètes d'hier )

    N'écris pas. Je suis triste, et je voudrais m'éteindre. Les beaux étés sans toi, c'est la nuit sans flambeau. J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre, Et frapper à mon cœur, c'est frapper au tombeau. N'écris pas ! N'écris pas. N'apprenons qu'à...

  • Sans la nommer

    21 mars 2016 ( #Chansons )

    Je voudrais sans la nommer Vous parler d'elle Comme d'une bien aimée, D'une infidèle, Une fille bien vivante Qui se réveille À des lendemains qui chantent Sous le soleil. REFRAIN : C'est elle que l'on matraque, Que l'on poursuit, que l'on traque, C'est...

  • Ma belle un jour dessus son lit j'approche

    22 mars 2016 ( #Poètes d'hier )

    Ma belle un jour dessus son lit j'approche Qui me baisant là sous moi frétillait Et de ses bras mon col entortillait Comme un Lierre une penchante Roche. Au fort de l'aise et la pâmoison proche Il me sembla que son oeil se fermait, Qu'elle était froide...

  • Ciel bas

    24 mars 2016 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    C'est un amour qui va sur les pieds de soie, Heureux de son exil dans les rues. Un amour petit et pauvre que mouille une pluie de passage Et il déborde sur les passants: Mes présents sont plus grands que moi. Mangez mon blé, Buvez mon vin Car mon ciel...

  • A Ninon I

    18 avril 2013 ( #Poètes d'hier )

    Si je vous le disais pourtant, que je vous aime, Qui sait, brune aux yeux bleus, ce que vous en diriez ? L'amour, vous le savez, cause une peine extrême; C'est un mal sans pitiê que vous plaignez vous-même; Peut-être cependant que vous m'en puniriez....

  • Ces cheveux, ces liens, dont mon coeur tu enlasses

    18 novembre 2014 ( #Poètes d'hier )

    Ces cheveux, ces liens, dont mon coeur tu enlasses, Gresles, primes, subtils, qui coulent aux talons, Entre noirs et chastains, bruns, deliez et longs, Tels que Venus les porte, et ces trois belles Graces ; Me tiennent si estrains, Amour, que tu me passes...