Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Top articles

  • Ave

    18 octobre 2010 ( #Poètes d'hier )

    Très haut amour, s'il se peut que je meure Sans avoir su d'où je vous possédais, En quel soleil était votre demeure En quel passé votre temps, en quelle heure Je vous aimais, Très haut amour qui passez la mémoire, Feu sans foyer dont j'ai fait tout mon...

  • Nus

    21 mai 2010 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Les vagues vont et viennent C'est dimanche sur la plage Pour les gens de bonne volonté Le murmure lointain Arrive jusqu'à notre île Nous sommes rentrés dans l'eau Nus, enlacés Nous avons vu au fond, Des anémones, des rougets . J'ai plongé et j'ai regardé...

  • The starry night - la nuit étoilée

    24 mai 2010 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    The town does not exist except where one black-haired tree slips up like a drowned woman into the hot sky. The town is silent. The night boils with eleven stars. Oh starry night! This is how I want to die. It moves. They are all alive. Even the moon bulges...

  • Merci

    16 mai 2010 ( #Poètes d'hier )

    O douce, ô bonne, O sage aussi, A ta merci Je m'abandonne. Sais-je où demain S'en va ma route ? Ma vie est toute Entre tes mains. Si lourde et frêle Tout à la fois, Entre tes doigts Que pèse-t-elle? Mais sauve-la Ou non, pas une Plainte importune triste...

  • Portrait

    12 mai 2010 ( #Poètes d'hier )

    Il dort Il est éveillé Tout à coup, il peint Il prend une église et peint avec une église Il prend une vache et peint avec une vache Avec une sardine Avec des têtes, des mains, des couteaux Il peint avec un nerf de bœuf Il peint avec toutes les sales...

  • Je ne sais pas encore

    10 mai 2010 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    S i la vie n’est pas ce vers quoi nous ne pouvons retourner; s’il y a quelque consolation pour la tristesse qui revient comme une alerte, la marque visible de ce qui lentement se défait en chacun de nous, le monde cherche sa beauté et s’il devrait éviter...

  • Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle

    29 avril 2010 ( #Poètes d'hier )

    Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle, Assise aupres du feu, devidant et filant, Direz, chantant mes vers, en vous esmerveillant : Ronsard me celebroit du temps que j'estois belle. Lors, vous n'aurez servante oyant telle nouvelle, Desja...

  • Water, is taught by thirst / On apprend l'eau - par la soif

    30 septembre 2010 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Water is taught by thirst Land - by the ocean passed Transport - by throe - Peace -by it's battle told - Love, by Memorial Mold Birds, by the snow On apprend l'eau - par la soif La terre - par les mers qu'on passe L'exaltation - par l'angoisse - La paix...

  • Heidenröslein / Petite rose sur la lande

    27 avril 2010 ( #Poètes d'hier )

    Sah ein Knab' ein Röslein stehn, Röslein auf der Heiden, War so jung und morgenschön, Lief er schnell, es nah zu sehn, Sah's mit vielen Freuden. Röslein, Röslein, Röslein rot, Röslein auf der Heiden. Knabe sprach: Ich breche dich, Röslein auf der Heiden!...

  • La poesia es un arma cargada de futuro

    28 septembre 2010 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Cuando ya nada se espera personalmente exaltante, mas se palpita y se sigue más acá de la conciencia, fieramente existiendo, ciegamente afirmado, como un pulso que golpea las tinieblas, Quand plus rien de personnellement exaltant n´est attendu, Plus on...

  • Le Léthé

    23 avril 2010 ( #Poètes d'hier )

    Viens sur mon cœur, âme cruelle et sourde, Tigre adoré, monstre aux airs indolents ; Je veux longtemps plonger mes doigts tremblants Dans l’épaisseur de ta crinière lourde ; Dans tes jupons remplis de ton parfum Ensevelir ma tête endolorie, Et respirer,...

  • Le bateau-fantôme

    25 avril 2010 ( #Chansons )

    Toi qui as vu en pleine nuit Se lever loin bien loin d'ici Sur le chemin de l'horizon Lorsque la mer est en repos Que rien ne trouble le tempo Qu'elle a donné à sa chanson Toi qui as vu couleur de sang Comme un charbon incandescent Monter une lueur subite...

  • À la faveur de la nuit

    23 septembre 2010 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Se glisser dans ton ombre à la faveur de la nuit. Suivre tes pas, ton ombre à la fenêtre. Cette ombre à la fenêtre c'est toi, ce n'est pas une autre, c'est toi. N'ouvre pas cette fenêtre derrière les rideaux de laquelle tu bouges. Ferme les yeux. Je voudrais...

  • Ne me quitte pas

    21 septembre 2010 ( #Chansons )

    Ne me quitte pas Il faut oublier Tout peut s'oublier Qui s'enfuit déjà Oublier le temps Des malentendus Et le temps perdu A savoir comment Oublier ces heures Qui tuaient parfois A coups de pourquoi Le cœur du bonheur Ne me quitte pas Ne me quitte pas...

  • Aurons-nous le temps

    14 avril 2010 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Aurons-nous le temps d’aller très loin de traverser les carrefours, les mers, les nuages d’habiter ce monde qui va parmi nos pas d’un infini secret à l’autre, pourrons-nous écouter le remuement des corps à travers le sable ; aurons-nous le temps de tout...

  • Ô Seigneur

    17 septembre 2010 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Ô Seigneur la cage est devenue oiseau et s´est envolée et mon coeur est devenu fou il hurle à la mort et sourit à mes délires à l´insu du vent... Que ferai-je de ma peur? Que ferai-je de ma peur? La lumière de mon sourire ne danse plus les saisons ne...

  • Es-tu brune ou blonde ?

    10 septembre 2010 ( #Poètes d'hier )

    Es-tu brune ou blonde ? Sont-ils noirs ou bleus, Tes yeux ? Je n'en sais rien mais j'aime leur clarté profonde, Mais j'adore le désordre de tes cheveux. Es-tu douce ou dure ? Est-il sensible ou moqueur, Ton cœur ? Je n'en sais rien mais je rends grâce...

  • Ardiente sombra / Ombre ardente

    05 avril 2010 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Abierto irremediablemente al fruto descarnado de tu ausencia, atestado de pieles nocturnas, cargando moradas de polvo y osamentas heme aqui viendo a la muerte ocultar et ruido profundo de tu lampara. (....) Juan Ojeda Ouvert irrémédiablement au fruit...

  • Si j’osais... Si seulement j’osais...

    22 mars 2010 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Si j’osais... Si seulement j’osais... Je vous raconterais la façon dont votre ombre Se glisse certains soirs, chez moi, dans la pénombre Pour matérialiser mes rêves les plus fous Défiant la bienséance, transgressant mes tabous ; Le frôlement de vos mains,...

  • Je pressais ton bras qui tremble

    31 août 2010 ( #Poètes d'hier )

    Je pressais ton bras qui tremble ; Nous marchions tous deux ensemble, Tous deux heureux et vainqueurs. La nuit était calme et pure ; Dieu remplissait la nature L'amour emplissait nos coeurs. Tendre extase ! saint mystère ! Entre le ciel et la terre Nos...

  • Tu ne ressembles à personne

    28 février 2010 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Tu ne ressembles à personne depuis que je t'aime. Laisse-moi t'étendre parmi les guirlandes jaunes. Qui inscrit ton nom avec des lettres de fumée parmi les étoiles du Sud ? Ah laisse-moi me souvenir comment tu étais alors, quand tu n'existais pas encore....

  • Nubes 1 - Nuages 1

    28 août 2010 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    No habrá una sola cosa que no sea una nube. Lo son las catedrales de vasta piedra y bíblicos cristales que el tiempo allanará. Lo es la Odisea. que cambia como el mar. Algo hay destino cada vez que la abrimos. El reflejo de tu cara ya es otro en el espejo...

  • 14 août après-midi

    23 août 2010 ( #A coeur perdu )

    Dans ta ville, je suis venu au milieu de l'été arpenter un passé qui se conjugue au présent Places décorées de jets d'eau cours bordé d'arbres chemin en retrait nostalgie des lieux transformés Rencontre éphémère au gré des rues des silhouettes disparues...

  • je t'aime

    01 mars 2010 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Je t'aime pour toutes les femmes Que je n'ai pas connues Je t'aime pour tout le temps Où je n'ai pas vécu Pour l'odeur du grand large Et l'odeur du pain chaud Pour la neige qui fond Pour les premières fleurs Pour les animaux purs Que l'homme n'effraie...

  • A celle qui est trop gaie

    27 février 2010 ( #Poètes d'hier )

    Le Léthé T a tête, ton geste, ton air Sont beaux comme un beau paysage ; Le rire joue en ton visage Comme un vent frais dans un ciel clair. Le passant chagrin que tu frôles Est ébloui par la santé Qui jaillit comme une clarté De tes bras et de tes épaules....

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>