Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Top articles

  • Se faire une cuirasse

    19 janvier 2016 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Je ne veux du bonheur que plaisirs éphémères et ces joies passagères que l’on oublie sur l’heure. Me suis fait une cuirasse et me complais dedans. J’y conjugue au présent. Elle ne prend nulle trace J’y conjugue au présent. Et pourtant sans savoir, que...

  • J’ai vu ses yeux

    02 octobre 2019 ( #Chansons )

    J’ai vu ses yeux Un bel étang de femme-saule perdue dans un espace étrange Le songe lointain des contrées et ses lèvres d’oiseau mouillées Si bien que du bout de mes doigts j’aurais voulu les essuyer Comme au matin, une fontaine, son sourire d’enfant...

  • Mon amour dis moi

    03 octobre 2019 ( #Emois )

    Mon amour dis moi que ça a été long trop long ces derniers jours sans moi, sans me voir, me toucher me parler, je t'ai manqué, redis-le décris-le, je t'ai manqué la nuit, ma tête contre ton dos, ma bouche contre ta peau, nos jambes enlacées, je t'ai manqué...

  • Offrande

    04 octobre 2019 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Au creux d'un coquillage Que vienne l'heure claire Je cueillerai la mer Et je te l'offrirai. Y dansera le ciel Que vienne l'heure belle. Y dansera le ciel Et un vol d'hirondelle Et un bout de nuage Confondant les images En l'aurore nouvelle Dans un reflet...

  • Pour vos beaux yeux

    06 octobre 2019 ( #Poètes d'hier )

    Pour vos beaux yeux et votre beau visage, Et la douceur de ce divin langage Dont vous tenez tout le monde enchanté, Cloris, on doit souffrir votre fierté, Et prés de vous avoir moins de courage. Il est donc vrai, que je ne fus pas sage, De ne pouvoir...

  • La poésie est une parole aimante

    07 octobre 2019 ( #Glanés )

    La poésie est une parole aimante : elle rassemble celui qui la prononce, elle le recueille dans la nudité de quelques mots. Ces mots – et avec eux le mystère de la présence humaine – sont offerts à celui qui les entend, qui les reçoit. La poésie, en ce...

  • Cet obscur comme une étreinte

    08 octobre 2019 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Cet obscur comme une étreinte, Quelque chose qui semble toujours nous attendre quelque Part et reste toujours caché ce cri étrange solitaire d’avant Le monde comme d’un grand oiseau dans le gris du matin Ce quelque part cet incertain qui est une solitude...

  • Laisse les nuages

    10 octobre 2019 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Laisse les nuages blancs passer au soleil. Il n'y a ici que toi, la terre et le ciel. Ne pense à presque rien. Douces comme du miel. Les ânes passeront en frissonnant de mouches. La mère chantera sur l'enfant qu'elle couche, Et je t'embrasserai, la bouche...

  • Devant lui, souriante se tenait une jeune fille

    11 octobre 2019 ( #Emois )

    Devant lui, souriante se tenait une jeune fille. Samba Diallo ne bougea pas, malgré l’invite, comme fasciné par l’apparition. Elle était grande et bien prise dans un jersey serré, dont la couleur noir rehaussait le teint chaud de soleil couchant du cou,...

  • L'espoir est la créature avec des ailes

    12 octobre 2019 ( #Poètes d'hier )

    L'espoir est la créature avec des ailes Qui se perche dans l'âme Et chante l'air sans les paroles Et ne s'arrête jamais. C'est la voix la plus douce dans la rafale ; Affreux doit être l'orage Qui pourrait déconcerter l'oiseau Qui réchauffait tant de monde....

  • Dors ! petit enfant.

    16 octobre 2019 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Dors ! Dors ! petit enfant blotti dans nos refuges ; Tu es le nourrisson par les Muses nourri, Tes rires et tes pleurs se noient dans nos déluges Entre soleil et pluie, en nos rêves tu vis. Nos doigts te dessinent sur mon ventre brûlant ; Ton visage d’ange...

  • Visages, miroirs

    18 octobre 2019 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Lorsque je suis entré dans la chambre celle qui dormait ne s'est pas éveillée. Lorsque je me suis assis dans la chambre celle qui veillait ne m'a pas regardé. Lorsque je suis sorti de la chambre celle qui pleurait ne s'est pas retournée. Ô visage, nuage...

  • Beaucoup de ces dieux ont péri

    20 octobre 2019 ( #Poètes d'hier )

    Beaucoup de ces dieux ont péri C’est sur eux que pleurent les saules Le grand Pan l’amour Jésus-Christ Sont bien morts et les chats miaulent Dans la cour je pleure à Paris Moi qui sais des lais pour les reines Les complaintes de mes années Des hymnes...

  • Ça aussi, c’est un émerveillement inépuisable

    21 octobre 2019 ( #Emois )

    Ça aussi, c’est un émerveillement inépuisable : non seulement les femmes sont nues sous leurs vêtements, mais elles ont toutes cette chose miraculeuse entre les jambes et le plus troublant, c’est qu’elles l’ont tout le temps, même quand elles n’y pensent...

  • À qui est depuis longtemps confiné dans la cité

    22 octobre 2019 ( #Poètes d'hier )

    À qui est depuis longtemps confiné dans la cité, Il est fort doux de perdre son regard Dans le beau visage ouvert du ciel — d’exhaler une prière En plein sourire du bleu firmament. Qui serait plus heureux, lorsque, le cœur comblé, Il se laisse choir,...

  • Prologue

    24 octobre 2019 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Est-ce vous qui comprendrez pourquoi, serein, sous une tempête de sarcasmes, au dîner des années futures j’apporte mon âme sur un plateau? Larme inutile coulant de la joue mal rasée des places, je suis peut-être Le dernier poète. Vous avez vu comme se...

  • Le vent froid de la nuit

    26 octobre 2019 ( #Poètes d'hier )

    Le vent froid de la nuit souffle à travers les branches Et casse par moments les rameaux desséchés ; La neige, sur la plaine où les morts sont couchés, Comme un suaire étend au loin ses nappes blanches. En ligne noire, au bord de l'étroit horizon, Un...

  • Je t’ écoute

    28 octobre 2019 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Je t’ écoute - Oui, c’est toi. Une peau délicate se déploie sur ma langue. Elle la caresse. Une peau délicate caresse ma langue. Mes mains résonnent pleines des fruits. Remplies d’abandon. Ce qui doit arriver dans l’ histoire arrive maintenant dans mes...

  • Ne dites pas : la vie est un joyeux festin

    30 octobre 2019 ( #Poètes d'hier )

    Ne dites pas : la vie est un joyeux festin ; Ou c’est d’un esprit sot ou c’est d’une âme basse. Surtout ne dites point : elle est malheur sans fin ; C’est d’un mauvais courage et qui trop tôt se lasse. Riez comme au printemps s’agitent les rameaux, Pleurez...

  • Pour traverser avec toi le désert du monde

    01 novembre 2019 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Pour traverser avec toi le désert du monde Pour que nous affrontions ensemble la terreur de la mort Pour voir la vérité pour ne plus avoir peur Contre tes pas j’ai marché Pour toi j’ai quitté mon royaume mon secret Ma nuit rapide mon silence Ma perle...

  • le poète est un raté/taré

    02 novembre 2019 ( #Glanés )

    le poète est un raté/taré pourtant il ne l’est pas tout à fait pourtant il est bien utile à quelque chose ? tout au fond de lui une petite flamme qui veille tout au fond de lui une petite voix le lui rappelle qui ne risque pas tout n’a rien — Daniel Biga,...

  • Lait et miel

    05 novembre 2019 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    tu me dis de me taire parce que mes opinions me rendent moins belle mais je n'ai pas été faite avec un feu au creux du ventre pour être éteinte je n'ai pas été faite avec une légèreté sur la langue pour être facile à avaler j'ai été faite lourde moitié...

  • Les pommes respirent

    09 novembre 2019 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Ne laissez pas l’amour s’échapper de ses pommes. Ce sont des fruits mordus, sucrés, puis oubliés. On trouve dans l’herbage ce qui reste d’un homme ; pulpes mortes et fraîches, chair qui perdit son nacré. Le pommier a fleuri dans le gel d’hiver ; ses pétales...

  • Soir tropical

    30 janvier 2020 ( #Poètes d'hier )

    Le soir est lumineux ; le soir est tendre et beau. Le soleil s’est éteint ; la lune est sur les roses. Une langueur pénètre au cœur même des choses… Et les grands palmiers noirs rêvent au bord de l’eau. Les jasmins ont mêlé leurs branches étoilées Aux...

  • J’ai senti ma peau, mes seins

    02 février 2020 ( #Emois )

    J’ai senti ma peau, mes seins, mon ventre, mes fesses brûler comme jamais, et j’ai su enfin ce qu’était le désir : cette impatience qui vous ravage et vous tord sous les draps, cette faim de caresses, de baisers, de mots, de gestes, de goûts, d’odeurs,...