Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

Top articles

  • Fugitive

    03 février 2020 ( #Poètes d'hier )

    Nous sommes étrangers et passons sur la terre Comme un esquif léger qui fuit en se jouant Sous les furtifs baisers d’une brise légère, Et dans l’horizon bleu disparaît lentement; Heureux si le sillon qu’il marque dans sa fuite Demeure quelque temps après...

  • De mon sang exhalé toute l'humeur périe

    07 février 2020 ( #Poètes d'hier )

    De mon sang exhalé toute l'humeur périe Me laisse desséché, et l'esprit de mon coeur Éteint par trop d'ennui, me pousse en ma douleur Aux extrêmes effets de la mélancolie. Ha! presque hors de moi forcenant de furie, Tué, brisé, rompu, accablé de malheur,...

  • Les chiffres

    09 février 2020 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Je suis le chiffre 6, et je suis plus beau que le dix, Qui lui n'est que l'ombre, D'un nombre!le 1 ! Je n'aime pas le 3 Qui ment toutes les fois, Quand au 5 Il est toujours au bar sur le zinc ! Le 2 nous rend heureux, Mais reste prétentieux ! Le 7 est...

  • Le poète cultive les fissures

    10 février 2020 ( #Glanés )

    Le poète cultive les fissures, surtout le poète moderne. [...] Il n’ignore pas le sens ultime du texte du rabbin Joseph Ben Shalom, de Barcelone : « L’abîme devient visible à chaque brèche. À chaque transformation de la réalité, à chaque mutation de forme...

  • La Tourterelle et le Ramier

    11 février 2020 ( #Poètes d'hier )

    Qu’on ne me parle plus d’Amour, ni de Plaisirs, Disait un jour la triste Tourterelle : Consacrez-vous, mon Âme, à d’éternels soupirs, J’ai perdu mon Amant fidèle. Arbres, Ruisseaux, Gazons délicieux, Vous n’avez plus de charmes pour mes yeux, Mon Amant...

  • Bon anniversaire Princesse

    14 février 2020 ( #Emois )

    " Bon anniversaire Princesse, Nous vieillissons et nous sommes habitués l'un à l'autre. Nous lisons nos pensées. Nous savons ce que l'autre veut sans même avoir à le demander. Parfois, nous nous agaçons un peu. Peut-être que parfois, nous nous prenons...

  • Vivre ici

    17 février 2020 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Quand je l’ai vue, je l’ai perdue La trace d’une hermine sur les vitres givrées. Une étoile, à peine une étoile, la lumière, Ses ongles sur le marbre éveillé de la nuit. Je ne parle plus pour personne, Le jour et la nuit se mêlent si bien dans la chevelure,...

  • Tes yeux

    19 février 2020 ( #Poètes d'hier )

    J'ai peur de regarder tes yeux Tu ris et tes vives pupilles Brûlent comme du feu Et, comme des diamants, brillent. C'est si bon et si douloureux, Pourtant. De se plonger ardent Au fond de tes deux yeux. C'est si bon et si caressant De se livrer, vivant....

  • S’en sont allées les neiges

    23 février 2020 ( #Poètes d'hier )

    S’en sont allées les neiges, déjà revient l’herbe aux campagnes et aux arbres la chevelure. La terre fait son changement et la décrue le long des rives laisse couler les fleuves. La Grâce avec les Nymphes, avec ses deux sœurs, ose conduire nue les danses....

  • Je marche

    25 février 2020 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Je marche entre la route et les champs pour rien il fait juste assez chaud et juste assez froid pour être bien les amandiers commencent à fleurir pendant que le soleil achève Février je marche pour n'aller nulle part juste pour marcher et je tiens tout...

  • Grands soirs

    28 février 2020 ( #Chansons )

    Tes grains de beauté dans le dos Je les ai comptés un par un Comme les points dans ces jeux idiots Qu'on relie pour faire un dessin Et pour ta peau de léopard Moi j'aurais marché sur les mains Que reste-t-il de nos grands soirs Quand s'en vient le petit...

  • Une fourmi de dix-huit mètres

    29 février 2020 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Une fourmi de dix-huit mètres Avec un chapeau sur la tête Ça n'existe pas, ça n'existe pas Une fourmi traînant un char Plein de pingouins et de canards Ça n'existe pas, ça n'existe pas Une fourmi parlant français Parlant latin et javanais Ça n'existe...

  • Quand la vie m'étire à n'en plus finir

    04 mars 2020 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Quand la vie m'étire à n'en plus finir j'étire l'avenir jusqu'à demain j'étire demain pour en finir avec l'avenir j'étire mes mots pour allonger le verbe je m'étire dans mon verbe pour conjuguer le désir à l'être et n'être plus que l'étirement d'un désir...

  • Je sens ton souffle sur ma nuque

    05 mars 2020 ( #Emois )

    Je sens ton souffle sur ma nuque. Tu déposes un baiser sur mes cheveux courts et, brusquement, une sensation de fraîcheur m'envahit. Mon corps s'ouvre, la tête rejetée en arrière, appuyée contre ta poitrine, je me laisse posséder, je devine ta main autant...

  • Blason du con

    06 mars 2020 ( #Poètes d'hier )

    Petit mouflard, petit con rebondi, Petit connin plus que lévrier hardi, Plus que le lion au combat courageux, Agile et prompt en tes folâtres jeux, Plus que le singe ou le jeune chaton, Connin vêtu de ton poil folâtron, Plus riche que la toison de Colcos,...

  • Ma thématique

    12 mars 2020 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    sur l'abscisse désordonnée de mes amours j'ai posé la circonférence d'une lune pleine sur les sinuosités de ma sauvagerie j'ai lâché des aigles brûlants et aimé sentir ma chair se détacher par petits bouts sur mes désirs parallèles j'ai tendu des ponts...

  • Elle était évidente et belle

    13 mars 2020 ( #Emois )

    Elle était évidente et belle et sans artifice comme une rose pâle au soleil de juin. Dans la tiédeur ouatée de cette brasserie de la rue Jehan-de-Beauce, elle paraissait m'attendre tranquillement, sur la banquette de cuir sombre où sa robe de soie légère...

  • Danse Macabre

    14 mars 2020 ( #Poètes d'hier )

    Zig et zig et zag, la mort en cadence Frappant une tombe avec son talon, La mort à minuit joue un air de danse, Zig et zig et zag, sur son violon. Le vent d'hiver souffle, et la nuit est sombre, Des gémissements sortent des tilleuls; Les squelettes blancs...

  • La poésie est parfois

    17 mars 2020 ( #Glanés )

    La poésie est parfois comme une surface que l'on ne voit pas, un écrin transparent posé sur le monde ; aller au delà et c’est la couleur de l’intemporel que l’on peut voir transparaître, l’invisible que l’on peut écouter, son murmure bienveillant qui...

  • Le fruit défendu

    08 mars 2020 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Elle était le doux fruit, le doux fruit défendu, Dans ce jardin d’Eden où le bois pourfendu Refleurissait encor dans un parfum de roses, De rosée et d’air pur où l’or est peu de chose. Elle était le doux fruit, le doux fruit défendu, Belle tel un ange...

  • Non seulement c'étaient les seins d'une fille

    21 mars 2020 ( #Emois )

    Non seulement c'étaient les seins d'une fille qui n'avait jamais connu d'homme, mais ils étaient comme des fleurs qui vont s'ouvrir et permettaient de deviner combien ils seraient beaux une fois épanouis. Entre deux monticules qui dressaient leurs boutons...

  • Ta nuque est une fleur choisie

    22 mars 2020 ( #Poètes d'hier )

    Ta nuque est une fleur choisie Avec mille soins délicats Par la fée aux matins d’Asie. Tes bras ont le goût des muscats, Tes cheveux tordent une flamme. Tes genoux ouvrent une femme, Un sourire vient se loger Au plus tendre coin de ta bouche : Lève ton...

  • Dividendes du silence

    24 mars 2020 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Que peut écouter une oreille quand elle s’appuie sur une autre ? L’absence de la parole est un long signe moins qui se dessaisit de son chiffre. La couleur est une autre façon de rassembler le silence. La forme est un espace distinct qui fait pression...

  • Quand la vie m'étire

    03 mai 2020 ( #Poètes d'aujourd'hui )

    Quand la vie m'étire à n'en plus finir j'étire l'avenir jusqu'à demain j'étire demain pour en finir avec l'avenir j'étire mes mots pour allonger le verbe je m'étire dans mon verbe pour conjuguer le désir à l'être et n'être plus que l'étirement d'un désir...

  • Se taisent bois et fleuves

    05 mai 2020 ( #Poètes d'hier )

    Se taisent bois et fleuves, Et la mer sans vague repose ; Dans leurs grottes, les vents connaissent paix et trêve Et dans la nuit brune, La lune blanche répand son grand silence ; Et nous deux tenons secrètes Nos cajoleries amoureuses : Qu’Amour ne parle...