Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Vertuchou.over-blog.com

De quelle nuit

18 Décembre 2023, 01:47am

Publié par vertuchou

De quelle nuit es-tu venue ?
De quel jour ? Soudain tu es
Au cœur de tout. Les iris
Ont frémi ; le mot est dit.

François Cheng

Voir les commentaires

Lovers

17 Décembre 2023, 01:50am

Publié par vertuchou

Ivan Koulakov, “Lovers” - 1967.

Ivan Koulakov, “Lovers” - 1967.

Voir les commentaires

Le vampire

16 Décembre 2023, 01:59am

Publié par vertuchou

Tes boucles ténébreuses et lourdent coulent
sur tes blanches courbes comme un fleuve
et dans leur flot crépu et sombre je répands
les roses enflammées de mes baisers

Tandis que j'entrouvre les épais
anneaux, je sens le léger et froid
effleurement de ta main et un long frisson
me parcourir et me pénètre jusqu'aux os.

Tes pupilles chaotiques et farouches
étincellent au soupir
qui s'exhale et me déchire les entrailles,
et pendant que j'agonise, toi, assoiffée,
tu sembles un vampire sombre et obstiné
qui de mon sang ardent se repaît.

Efren Rebolledo

Voir les commentaires

Tu es toute ma vie

15 Décembre 2023, 01:47am

Publié par vertuchou

 Tu es toute ma vie et je veux vivre pour te revoir et pour t’aimer comme tu mérites de l’être, toi, la bénie, la seule élue entre toutes les femmes. Je ne t’ai pas rendue encore assez heureuse, je ne t’ai pas conquis encore tout ce que je veux que tu aies ; tu as été la si fidèle et si chère compagne des jours mauvais, des jours de lutte, des jours de peine, qu’il faut que tu goûtes toutes les revanches et tu les auras, ma Delphine adorée.

Lettre de Louis Pergaud à sa femme Delphine, 2 février 1815

Voir les commentaires

Ose la Tunisie

14 Décembre 2023, 01:44am

Publié par vertuchou

Ose gouter au paradis,
Tes désirs jusque là inassouvis,
Deviennent enfin couronnés de oui,
Le soleil enveloppe ta peau brunie,
Et quand le ciel s’assombrit,
C’est pour faire place à la nuit,
Aux étoiles et flammes de bougies,
 Danse sensuelle aux courbes arrondies,
De son voile envoutant caressant à l’infini,
Mêlé à ce parfum légèrement épicé surgit,
Au rythme des vagues le souffle s’intensifie,
Les milliers de diamants scintillent dans tes yeux ébahis,
Ton cœur chavirant soulève ta poitrine durcie,
Comme le jasmin tu t’épanouis,
Libérant le plaisir t’envahit,
Printemps, été, automne, hiver c’est comme cela la Tunisie.

Rémi Levraut le 14 mai 2012

Voir les commentaires

A mon double

14 Décembre 2023, 01:43am

Publié par vertuchou

A mon double

je te devine au loin
Quand le sombre s'essouffle
Et ma langue en ta bouche
Est un monde à venir

Pour l'éternité

Ton désir

Michael R. Koswil

 

Voir les commentaires

Chaconne

13 Décembre 2023, 01:54am

Publié par vertuchou

Voir les commentaires

La senteur des reins

12 Décembre 2023, 01:57am

Publié par vertuchou

Quand tu dors à plat ventre et tes yeux sur tes mains
Je relève ta chevelure de sorcière
Qui voile, comme un bois funèbre les chemins,
Ton corps de boue obscène et de basse poussière.

Au fond des reins creusés en selle pour Satan
La rainure de tes vertèbres se prolonge
C’est là que lasse d’être, et d’avoir souffert tant,
Ma face, avec une fureur farouche, plonge.

Oh ! quelle odeur de chair et de rut convulsif
Croupit au creux des reins sous qui ronfle le sperme…
Ma bouche sur tes os postérieurs se ferme,

Et je froisse à ta peau mon visage lascif
Qui hume en râlant comme un éphèbe impubère,
Ô femme ! l’âcreté de ton odeur lombaire.

Pierre Louÿs, 1891

Voir les commentaires

Un poète qui prêterait

11 Décembre 2023, 01:39am

Publié par vertuchou

Un poète qui prêterait à toute chose visible ou invisible une égale attention, pareil à l’entomologiste qui s’ingénie à formuler avec précision le bleu inexprimable d’une aile de libellule, ce poète-là serait le poète absolu.

Cristina Campo

Voir les commentaires

Chanson

10 Décembre 2023, 01:37am

Publié par vertuchou

Pour Pierre Mac Orlan

C’est une chanson des bords de la Seine
Des quais de Grenelle à ceux de Bercy
Elle s’abandonne à l’eau qui la mène
Parmi les brouillards ou les éclaircies.

Il faut l’écouter, qui glisse et s’efface
Au fil du courant, sous l’arche d’un pont,
Tandis que l’écho rasant la surface
Porte vers l’aval un peu de l’amont

C’est une comptine autour des marelles
Dans un matin pur, à Ménilmontant,
La complainte des fillettes rebelles
Dans le château du roi des Bons-Enfants.

Et chaque saison reprend le poème
Qui joint l’enchanteur du Pont-Mirabeau
À deux amoureux penchés sur eux-mêmes,
À des vagabonds dormant près de l’eau.

Sur un air venu du temps des sirènes
Un vieux limonaire en moud le refrain
-Et c’est la chanson de Paris sur Seine
Qui s’enlace au jour limpide et serein.

Puis, quand les sommeils vont à la dérive
Par la ville sourde étouffant ses bruits
-O dernier passant, veilleur de la rive,
C’est une chanson des bords de la nuit.

André Hardellet

 

Voir les commentaires